La plateforme aux 50 millions d’utilisateurs vient d’obtenir l’enregistrement en tant que prestataire de service sur actifs numériques (PSAN) de l’AMF.
Poutine demain: Faut-il s’attendre au pire ? – 29/09
Des groupes anti-pédophiles se constituent sur les réseaux sociaux pour traquer des prédateurs présumés
Saturation des services de soins: à Marseille, un dispensaire ouvert à la clinique Bouchard
Granville: les bulots moins nombreux à cause des fortes chaleurs de l'été
Le préfet de la Loire-Atlantique est

Menace nucléaire de Poutine : entretien entre Emmanuel Macron et Joe Biden – 21/09
Marseille: la nomination de Christophe Castaner au poste de président du conseil de surveillance du Grand port de Marseille divise les habitants
Marseille: les dockers mobilisés contre l'arrivée de Christophe Castaner au Grand port
Que sait-on de ce virus proche du Covid découvert en Russie? BFMTV répond à vos questions
Saint-Etienne: des manifestants appellent à la démission de Gaël Perdriau lors du conseil municipal de rentrée
Les explications de Keolis après les pannes à répétition sur la ligne B du métro lyonnais
Lyon: de nouveaux incidents à venir sur la ligne B du métro?
Lyon: après la panne géante, le métro B circule à nouveau, mais l'automatisation de la ligne est mise en cause
Tempête Alex: un garage de Roquebillière menacé de destruction
Roquebillière: où en est la reconstruction, deux ans après la tempête Alex?
Après Binance, le géant américain Crypto.com a annoncé ce mercredi qu’il avait obtenu le fameux enregistrement PSAN (pour prestataire de services sur actifs numériques) de l’Autorité des marchés financiers (AMF).
Crypto.com “a fait l’objet d’un examen rigoureux, notamment en ce qui concerne la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, afin de recevoir l’approbation réglementaire”, souligne la société dans un communiqué, annonçant l’arrivée de nouveaux produits en France qui seront “conformes” à la règlementation locale.
Sur le site de l’AMF, il est mentionné que la société a obtenu l’enregistrement pour trois services: conservation d’actifs numériques, achat / vente d’actifs numériques contre monnaie ayant cours légal et échange d’actifs numériques contre d’autres actifs numériques.
Avec eToro ou encore Trade Republic, Crypto.com fait partie des rares PSAN ayant obtenu l’enregistrement tout en restant immatriculé dans un pays étranger. Crypto.com a ainsi été enregistrée en tant que PSAN en France sous le nom de Foris Dax, la filiale de Crypto.com, immatriculée à Malte.
“Les comptes des résidents français continueront à être gérés par une entité étrangère”, explique le cabinet d’avocat Revo Avocats dans un thread sur Twitter.
Fondée en 2016, Crypto.com n’est pas qu’une plateforme d’échanges de cryptomonnaies. Elle propose aussi une carte de débit lancée en partenariat avec Visa. Pour un Français qui a ouvert un compte chez Crypto.com ou qui détient une carte de débit, quels sont les changements fiscaux à prévoir?
Le cabinet d’avocat Revo Avocats rappelle que les détenteurs de cryptomonnaies doivent déclarer des comptes “ouverts, clos, utilisés ou même simplement détenus situés à l’étranger”. Pour les Français utilisant la plateforme, il faudra donc continuer à déclarer son compte lors de la déclaration fiscale.
En cas de non déclaration d’un compte à l’étranger, les utilisateurs encourent en outre jusqu’à 750 euros d’amende par compte, ainsi que 125 euros par omissions ou inexactitudes sur les formulaires.
Par ailleurs, Crypto.com ne serait pas concerné par le droit de communication de l’administation fiscale contrairement au géant Binance dont la société Binance France est enregistrée à Montrouge (voir notre article au sujet des implications fiscales pour Binance).
Immatriculé à l’étranger, Crypto.com serait en revanche concernée par la procédure de “demande d‘assistance administrative internationale“, applicable aux personnes physiques ou morales situées à l’étranger. Cette assistance permet en outre de lutter contre l’évasion et la fraude fiscale internationale. La France peut notamment demander à un autre Etat une aide afin d’obtenir des informations sur l’un des résidents de l’autre Etat.
Fiscalement, “la France peut demander des informations, mais compte tenu du fait que l’entité soit à Malte, cela complexifie la procédure comparée à la situation de Binance. Dans le cadre de cette demande d’assistance administrative, les transactions de Français pourraient être vérifiées”, précise l’avocat Nicolas Verger de Revo Avocats à BFM Crypto.
En revanche, pour les détenteurs de la carte de débit crypto.com, la situation ne devrait pas beaucoup changer. Cette carte, qui peut être alimentée en euros et en cryptomonnaies, est montée en popularité car elle permet notamment d’obtenir du cash-back en cryptomonnaies.
Du point de vue de l’administration fiscale, il n’y a pas d’imposition s’il n’y a pas d’échange de cryptomonnaies contre un bien, un service ou des euros/dollars. Or, si au moment du paiement (par exemple d’une baguette de pain), la cryptomonnaie est convertie en euro (ou que la baguette est payée en cryptomonnaie), il y a un fait générateur d’imposition, rappelle l’avocat.
Pour les petites cessions (moins de 305 euros au global pendant l’année), cela n’est pas imposé mais pour les opérations de plus grande importance, cela peut être soumis à l’imposition.

Quelle

Kategorisiert in: