https://arab.news/nw3bk
PARIS:Le chef du pouvoir judiciaire iranien a menacé dimanche de ne faire preuve d'”aucune indulgence” vis-à-vis des manifestants après dix jours de protestations dans tout le pays contre la mort d’une jeune femme détenue par la police des moeurs, qui ont coûté la vie à 41 personnes.
Le président Ebrahim Raïssi avait auparavant appelé les forces de l’ordre à agir “fermement contre ceux qui portent atteinte à la sécurité et la paix du pays et du peuple”.
Le chef du pouvoir judiciaire, Gholamhossein Mohseni Ejei, a lui insisté sur “la nécessité d’agir sans aucune indulgence” envers les instigateurs des “émeutes”, a rapporté le site Web Mizan Online.
Les manifestations ont commencé le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour “port inapproprié de vêtements” dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict.
Ces manifestations sont les plus importantes en Iran depuis celles de novembre 2019, provoquées par la hausse des prix de l’essence, en pleine crise économique, qui avaient touché une centaine de villes et avaient été sévèrement réprimées (230 morts selon un bilan officiel, plus de 300 selon Amnesty International).
Elles sont marquées par des affrontements avec les forces de sécurité et par des slogans hostiles au pouvoir, selon médias et militants. Depuis plusieurs jours, des vidéos en ligne montrent des scènes de violence à Téhéran et dans d’autres grandes villes comme Tabriz (nord-ouest). Sur certaines, on voit les forces de sécurité tirer en direction des manifestants.
Des images diffusées samedi montrent des manifestants détruire un portrait de l’ayatollah Khomeiny, fondateur de la République islamique, devant l’Université de technologie Noshirvani de Babol, dans la province de Mazandaran (nord).
Manifestations progouvernementales
Les autorités nient toute implication dans la mort de Mahsa Amini, 22 ans et originaire de la région du Kurdistan (nord-ouest). Mais depuis, des Iraniens en colère descendent tous les jours à la tombée de la nuit dans la rue pour manifester.
Dimanche, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a de nouveau mis en cause les Etats-Unis, ennemi juré de Téhéran, accusant Washington “de s’ingérer dans les affaires iraniennes (…) et de soutenir les émeutiers de manière provocative”.
Depuis le début des manifestations, plus de 700 personnes ont été arrêtées dans une seule province du nord qui a communiqué sur les interpellations, mais sans doute beaucoup plus dans l’ensemble du pays.
Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) basé aux Etats-Unis parle de 17 journalistes arrêtés.
Selon un bilan officiel iranien non détaillé, incluant manifestants et forces de l’ordre, 41 personnes ont été tuées en dix jours de protestations. Mais le bilan pourrait être plus lourd, l’ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, faisant état d’au moins 57 manifestants tués.
Dimanche soir, les manifestations de colère ont repris pour la dixième soirée consécutive dans plusieurs villes, dont Chiraz (centre) et Téhéran, selon l’IHR. “Mort au dictateur!”, ont scandé des manifestants dans la capitale, selon une vidéo diffusée par l’ONG sur Twitter.
Plus tôt dans la journée, des manifestations en faveur du gouvernement ont été organisées dans la capitale et ailleurs dans le pays à l’appel des autorités. Une autre manifestation progouvernementale avait été organisée vendredi.
“Il faut mettre fin à ces émeutes car elles portent atteinte au pays”, a affirmé à l’AFP Nafiseh, une Iranienne de 28 ans participant à la manifestation dimanche à Téhéran.
“Enlever le hijab, c’est violer la Constitution de la République islamique”, a dit de son côté Atiyeh, un universitaire de 21 ans.
«Femmes courageuses»
Des images virales des manifestations ces derniers jours ont montré des Iraniennes brûlant leur foulard.
Le parti réformateur de l'”Union du peuple de l’Iran islamique” a appelé l’Etat à annuler l’obligation du port du voile et à libérer les personnes arrêtées.
En Iran, les femmes doivent se couvrir les cheveux et le corps jusqu’en dessous des genoux et ne doivent pas porter des pantalons serrés ou des jeans troués, entre autres.
Les connexions internet sont toujours perturbées dimanche, avec le blocage de WhatsApp et Instagram. NetBlocks, un site basé à Londres qui observe les blocages d’internet à travers le monde, a également fait état de celui de Skype.
Une mesure qualifiée dimanche de “violation flagrante de la liberté d’expression” par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, qui a dénoncé l’usage “généralisé et disproportionné de la force” contre les manifestants.
Dans un nouveau message sur Instagram, le réalisateur iranien Asghar Farhadi, deux fois oscarisé, a exhorté les peuples du monde à “être solidaires” des protestataires en Iran et salué les “femmes courageuses qui mènent les manifestations pour réclamer leurs droits”.
A l’étranger, des manifestations soutenant le mouvement en Iran ont eu lieu dans plusieurs pays samedi et dimanche.
A Paris, la police française a utilisé des gaz lacrymogènes pour empêcher des milliers de personnes d’atteindre l’ambassade de la République islamique.
A Londres, cinq policiers ont été “sérieusement blessés” et 12 personnes arrêtées, selon les autorités britanniques, lors d’incidents en marge d’une manifestation près de l’ambassade d’Iran à Londres.
https://arab.news/jqec8
DUBAÏ: L’Arabie saoudite a fermement condamné jeudi les attaques iraniennes contre la région kurde du nord de l’Irak.
Les Gardiens de la révolution islamique ont affirmé avoir tiré des missiles et des drones, ciblant des milices dans plusieurs sites kurdes et causant la mort de plus d’une dizaine de personnes.
«Le ministère des Affaires étrangères du royaume d’Arabie saoudite a fermement condamné les attaques iraniennes contre la région du Kurdistan de la République d’Irak, qui ont tué et blessé un grand nombre de personnes innocentes», a déclaré le ministère des Affaires étrangères du Royaume dans un communiqué.
«Le ministère des Affaires étrangères a réitéré son rejet total de toutes les attaques qui menacent la sécurité et la stabilité de l’Irak, soulignant l’importance pour la communauté internationale de s’élever contre toutes les violations commises par l’Iran et qui vont à l’encontre des lois, des chartes et des normes internationales», affirme le communiqué.
Le Royaume a également exprimé sa profonde sympathie et ses condoléances au gouvernement et au peuple irakiens.
Treize personnes ont été tuées et 58 autres blessées dans les attaques près d’Erbil et Sulaimaniya, au Kurdistan irakien, a annoncé l’agence de presse officielle irakienne, citant son service antiterroriste au Kurdistan.
Les forces d’élite militaires ainsi que les forces de sécurité iraniennes ont déclaré qu’elles continueraient de cibler dans cette région ceux qu’elles qualifient de terroristes.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/w45b7
LONDRES: Un expert britannique de l’industrie du voyage retrouvé pendu à Doha en 2019 a confié à ses amis qu’il avait été arrêté et torturé par la police secrète qatarie dix semaines avant sa mort, a rapporté le quotidien The Times jeudi.
Marc Bennett, 52 ans, avait été embauché par Qatar Airways pour contribuer à améliorer le tourisme dans le pays du Golfe en vue de la Coupe du monde de football 2022. Il a été arrêté au siège de la société à Doha, les yeux bandés et les mains menottées, et a raconté à ses amis qu’il avait été déshabillé, arrosé, agressé et privé de sommeil pendant trois semaines de détention.
Après sa libération, on l’a empêché de quitter le pays, sans qu’il sache s’il serait à nouveau arrêté, et on l’a placé dans un «flou juridique», selon sa famille. Il a été arrêté après avoir démissionné de Qatar Airways et reçu une offre d’emploi d’une agence de voyage saoudienne, ce qui, selon un ancien collègue, a été considéré comme une «insulte massive» par des personnalités au sein de le compagnie.
Selon Qatar Airways, il a été découvert que M. Bennett, qui travaillait en étroite collaboration avec le PDG de la compagnie aérienne, Akbar al-Baker, avait envoyé des «documents hautement confidentiels» à une adresse électronique privée. Cela a été signalé à la police.
M. Bennett a été libéré le 2 novembre 2019, la veille du jour où une équipe juridique de l’ONU devait se rendre au Qatar pour inspecter l’état des centres de détention du pays, en raison d’allégations de violations des droits humains. L’équipe du groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire s’est vu refuser l’accès à l’établissement où il était détenu.
M. Bennett a été laissé dans un hôtel de Doha sans aucun document relatif à son arrestation ou à une éventuelle procédure judiciaire.
Un médecin légiste qatari a conclu que M. Bennett s’était suicidé, mais d’après un médecin légiste britannique, il n’y avait «aucune preuve spécifique d’intention suicidaire» et «les circonstances des mois qui ont précédé sa mort restent floues».
M. Bennett n’a pas laissé de lettre de suicide, et bien qu’il ait un large cercle d’amis et de proches, il n’a donné aucun indice de son intention de mettre fin à sa vie. La nuit précédant sa mort, il «riait et plaisantait» lors d’un appel vidéo avec sa famille au Royaume-Uni.
Sa veuve Nancy Bennett, 51 ans, a déclaré au quotidien The Times: «Il y a tellement de questions qui se posent. Il avait toute la vie devant lui. L’équipe juridique de l’ONU chargée d’enquêter sur les violations des droits de l’homme au Qatar a expliqué qu’il existait des «allégations crédibles» selon lesquelles l’unité qui a détenu Marc Bennett procédait à des arrestations extrajudiciaires et infligeait des mauvais traitements aux prisonniers.
«Après avoir reçu des allégations crédibles selon lesquelles un centre de détention de la sécurité d’État procédait à des détentions prolongées sans contrôle judiciaire et infligeait des mauvais traitements, le groupe de travail a décidé de visiter ce centre, mais il en a été empêché», a ajouté l’équipe juridique.
«De même, lorsque le groupe de travail a visité d’autres centres de détention, il a trouvé ces derniers presque vides et a reçu des informations crédibles indiquant que les détenus avaient été transférés vers d’autres installations avant son arrivée.»
Une enquête réalisée par le bureau britannique des Affaires étrangères sur le traitement et la mort de M. Bennett a été clôturée par Liz Truss, malgré les conclusions du médecin légiste et les inquiétudes de la famille, une semaine après qu’elle est devenue ministre des Affaires étrangères en septembre 2021.
Mme Truss, aujourd’hui Première ministre du Royaume-Uni, s’est rendue au Qatar en octobre de la même année pour tenir un «dialogue stratégique» et pour favoriser «une coopération plus approfondie en matière de sécurité, de développement, de commerce et d’investissement». 
En mai 2020, l’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a annoncé un programme d’investissement de 10 milliards de livres sterling (1 livre = 1,13 euro) pour le Royaume-Uni.
Le Qatar est régulièrement accusé de maltraiter les travailleurs étrangers dans le cadre de la préparation de la Coupe du monde.
Le journal The Mail on Sunday rapporte que sur les quelque 30 000 personnes recrutées pour construire les infrastructures du tournoi, 2 823 travailleurs étrangers sont morts au Qatar depuis 2011 dans des circonstances inexpliquées, et 551 autres se sont suicidés.
«Que vous soyez un ouvrier pakistanais ou un Britannique aisé, vous serez traité comme une ordure si votre employeur se retourne contre vous», a déclaré un homme d’affaires britannique à The Times. «On a l’impression d’être un esclave. On ne peut même pas quitter le pays pour un week-end sans l’autorisation de son employeur.»
«Nous avons fourni une assistance à la famille d’un homme britannique à la suite de son décès à Doha», a précisé un porte-parole du bureau des Affaires étrangères.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/9usk7
RABAT : Le ministère marocain de la Culture a sommé le géant allemand de l’équipement sportif Adidas de retirer sa nouvelle collection de maillots de la sélection algérienne de football, l’accusant de s’être indûment approprié des symboles du “patrimoine culturel marocain”, a appris jeudi l’AFP auprès de son avocat.
“Il s’agit d’un vol de motifs inspirés du +zellige marocain+ (céramique caractéristique de l’art décoratif traditionnel marocain, ndlr) qui figurent sur des maillots de sport de l’Algérie, ce qui a poussé le ministère à agir en urgence”, a expliqué à l’AFP une source au sein du ministère de la Culture.
Dans une mise en demeure adressée via courrier électronique et par voie d’huissier au PDG d’Adidas Kasper Rorsted, dont l’AFP a obtenu une copie, l’avocat marocain a dénoncé “une appropriation culturelle et une tentative de voler un motif du patrimoine culturel marocain pour l’utiliser en dehors de son contexte”.
Me Mourad Elajouti, l’avocat du ministère, a exigé le retrait sous quinzaine de la collection des maillots de sport “inspirés de l’art du zellige marocain”.
Cette polémique survient dans un climat de tension permanente entre les deux rivaux du Maghreb.
L’Algérie a rompu ses liens diplomatiques avec le Maroc en août 2021, accusant Rabat d'”actes hostiles”. Une décision “complètement injustifiée”, selon Rabat.
“Le ministère de la Culture marocain se réserve le droit d’utiliser toutes les voies de recours judiciaires possibles devant les tribunaux allemands et internationaux”, avertit l’avocat dans son courrier.
Il menace également de porter l’affaire “devant les organismes relatifs à la protection du patrimoine et les droits d’auteurs, l’Unesco et l’OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle), afin de protéger les éléments du patrimoine culturel marocain des tentatives illicites d’appropriation”.
La pertinence de sa démarche n’a toutefois pas convaincu tout le monde sur les réseaux sociaux et dans les médias marocains, des internautes estimant qu’il y avait “des causes plus urgentes” à défendre au Maroc.
“On plonge dans le grotesque!”, a estimé sur Twitter le journaliste et animateur TV Abdellah Tourabi: “Et les Espagnols qui porteront plainte contre le Maroc pour une grande partie de notre cuisine (la pâtisserie à base d’amande par ex) qui l’ont pris des Arabes, qui l’ont pris des Perses… et les Turcs à qui on a emprunté le Caftan et autres symboles”.
Le 23 septembre, Adidas a présenté sur Twitter une photo du kit des “Fennecs”, le onze algérien, pour la saison 2022-2023 “inspiré par la culture et l’histoire”.
Ce nouveau design, selon l’équipementier sportif allemand, tire son inspiration du palais de Mechouar à Tlemcen, dans le nord-ouest de l’Algérie.

Quelle

Kategorisiert in:

Tagged in:

,