Crédit photo, Getty Images
Par Amanda Ruggeri
BBC Travel
Au cours des deux décennies pendant lesquelles l'archéologue Gus Van Beek a fouillé Tell Jemmeh, une colonie assyrienne habitée il y a environ 3 800 à 2 200 ans, il a récupéré tant d'objets qu'il a fallu 40 ans au Smithsonian pour les cataloguer tous.
Il y avait des pièces de monnaie. Des scarabées. Des amulettes. Et une quantité de poteries si importante que certaines d'entre elles ont dû être jetées par la suite. Mais pour Van Beek, le site – dans ce qui est aujourd'hui le sud-ouest d'Israël – a donné lieu à une découverte qui figurait "parmi les objets les plus énigmatiques retrouvés" : 17 petits disques arrondis – certains faits de craie, d'autres de pierre, mais la plupart recyclés à partir de tessons de poterie – avec deux trous délibérés au centre.
Van Beek n'était pas le premier archéologue à découvrir de tels objets. Il n'était pas non plus le dernier. Ils ont été trouvés sur des sites au Japon, en Égypte, en Inde et en Amérique, entre autres.
Trois ont été trouvés à New York, sur le site d'un camp de l'armée britannique pendant la guerre d'indépendance américaine, l'un d'entre eux étant façonné à partir d'une pièce de monnaie. D'autres trouvés ailleurs datent de 4 000 ans. Pour certains archéologues, il s'agissait de boutons. Pour d'autres, il s'agissait de poids de métier à tisser, de poteries perforées ou simplement d'"objets divers". Mais ils ont rappelé à Van Beek quelque chose d'autre.
"Je me souviens avoir joué dans mes jeunes années avec un objet similaire", remarque-t-il.
Il suffit d'enfiler une ficelle dans les trous, puis de tendre et de détendre la ficelle pour que les disques tournent. Il a donné à ces objets le nom qu'on leur donnait lorsqu'il était enfant – des "buzzes" – et est allé jusqu'à essayer d'en créer un lui-même. Alors qu'une poignée de chercheurs antérieurs soupçonnaient également qu'il s'agissait de jouets, d'autres étaient sceptiques. S'appuyer sur ses propres souvenirs d'enfance et projeter notre propre expérience moderne sur une société lointaine semblait, au mieux, peu académique. Le mystère des bourdons antiques n'est qu'une des nombreuses énigmes archéologiques liées au jeu des enfants, et l'une d'entre elles met en évidence les nombreux pièges de son étude. Nous savons que les enfants jouaient. Nous savons qu'ils jouaient souvent avec des objets. Mais d'autres questions, comme celles de savoir quels objets, et de quelle manière, sont restées obstinément difficiles à cerner. Si difficiles, en fait, qu'elles ont inspiré à l'archéologie la version d'une "blague de papa" : un archéologue trouve un petit objet. "Hey, qu'est-ce que c'est ?" demande-t-il. "Je ne sais pas", répond un autre. "Ça doit être un jouet… ou un objet religieux !" Mais comprendre comment les enfants jouaient est important, notamment parce que cela permet d'entrer au cœur d'un débat vieux de plusieurs décennies : ce que l'enfance signifiait vraiment pour les générations passées – si tant est qu'elle signifiait quelque chose. Dans les années 1960, l'historien français amateur Philippe Ariès a promulgué la théorie selon laquelle, pendant la majeure partie de l'histoire, la mortalité infantile étant trop élevée pour que les parents puissent investir beaucoup de sentiments ou de ressources dans leur progéniture, les enfants étaient traités comme des mini-adultes. (Lire la suite pour savoir si nous vivons vraiment plus longtemps que nos ancêtres). Cela s'étendait au jeu. Après l'âge de la petite enfance, écrit Ariès, les enfants n'avaient plus de jouets et de jeux spécialement conçus pour eux. Au lieu de cela, ils jouaient avec les mêmes objets que les adultes.
Crédit photo, Getty Images
Un relief datant du 9e siècle avant J.-C. en Turquie représente deux hommes jouant avec des toupies
Si les universitaires ont démantelé une grande partie de la théorie d'Ariès, nombre de ses convictions persistent. Mais les archéologues, en particulier ceux qui étudient l'enfance, se défendent. Et l'un des principaux fondements de leur argumentation est lié à leurs découvertes sur les jeux d'enfants. On a trop souvent dit qu'il n'y avait pas de sentiment pour l'enfance – que l'enfance était une période de la vie qu'il fallait passer le plus vite possible pour devenir adulte, et qu'alors on "existait" pleinement", explique Véronique Dasen, professeur d'archéologie classique et d'histoire de l'art à l'université de Fribourg, en Suisse, chef du projet Locus Ludi sur les jeux gréco-romains, soutenu par l'UE, et corédactrice d'un prochain volume sur les jeux antiques, qui paraîtra en septembre 2022. "Mais ce n'est pas vrai. Il y a quelque chose de spécial chez les enfants, et cette valeur particulière est révélée par leur penchant pour le jeu. Et les adultes l'ont reconnu". L'un des problèmes est que, historiquement, l'enfance a été ignorée par le monde universitaire. "Le monde de l'enfant a été laissé de côté dans la recherche archéologique", écrit l'archéologue Grete Lillehammer dans son ouvrage fondateur de 1989, A Child is Born : The Child's World in an Archaeological Perspective. "Peu d'archéologues se sont penchés sur le sujet ou lui ont accordé de l'attention, et encore moins l'ont considéré comme le principal domaine d'intérêt." Mais cela ne signifie pas que les enfants n'étaient pas un élément apprécié de la communauté – ou qu'il n'y avait pas d'activités et d'objets spécifiques destinés principalement aux enfants. Nous avons même des preuves étymologiques : le mot "enfant" en grec ancien signifie "quelqu'un qui joue". Et certains philosophes décrivent l'enfance comme une étape spécifique de la vie, centrée sur le jeu.
Crédit photo, Alamy
Les petites cruches de l'Antiquité grecque comme celle-ci, datant de 430 avant J.-C., appelées choes, montrent souvent des enfants en train de jouer.
"Platon et Aristote parlent tous deux de l'importance du jeu, de ses bienfaits pour le développement des enfants", explique Maria Sommer, coauteur de l'ouvrage Care, Socialisation and Play in Ancient Attica. Ils écrivent même aux parents : "Vous devez laisser vos enfants jouer". Et, fait très intéressant, dans la Grèce antique, on ne commençait pas à aller à l'école avant l'âge de sept ans. Jusque-là, vous avez le libre jeu." (Lire la suite sur les avantages de commencer l'éducation plus tard). Mais pour déterminer exactement comment les enfants jouaient il y a 2 000, 5 000 ou 25 000 ans – et avec quoi – il faut à la fois des recherches intrépides et quelques suppositions calculées.
D'abord, la plupart des jouets étaient probablement fabriqués à partir de matériaux naturels comme le bois ou la paille, ce qui signifie qu'il est peu probable qu'ils aient survécu : pensez aux poupées fabriquées à partir de roseaux ou aux jeux utilisant des osselets. Mais même face à des preuves archéologiques plus durables, des défis subsistent. Prenez l'un des indices les plus importants que les archéologues utilisent pour déterminer la nature et l'usage d'un objet : le contexte. Si une tasse est trouvée dans une partie d'une maison où se trouvent également des assiettes et des cuillères, ils peuvent supposer qu'elle était utilisée pour servir ou consommer des boissons. Mais si la même tasse est trouvée dans une tombe à côté de bijoux et d'amulettes, elle pourrait avoir été fabriquée à des fins décoratives ou rituelles.
Même les hochets ont été contestés. Alors qu'ils ont été découverts dans le monde entier – en Sibérie, où le jouet en argile vieux de 4 000 ans a la forme d'une tête d'ourson ; en Turquie, où la décoration en noir et blanc est similaire aux couleurs très contrastées que nous utilisons aujourd'hui pour les nourrissons ; dans la Grèce antique, où des hochets en bronze ont été retrouvés dans les tombes de nourrissons particulièrement riches – certains d'entre eux étaient trop grands, et fabriqués dans un matériau trop fragile, pour avoir été utilisés de manière convaincante par de jeunes enfants. "Mais regardez tous ces morceaux de hochets cassés auxquels personne n'a prêté attention. Ils sont dans les maisons, dans les rues, dans des endroits où l'on peut trouver des enfants", déclare Kristine Garroway, professeur associé qui étudie les enfants dans l'Israël antique et la Mésopotamie au Hebrew Union College de Los Angeles, en Californie. "Il y a donc peut-être un contexte plus large qui a été négligé, simplement parce que les enfants ont été négligés. Et peut-être que ce sont les adultes ou un enfant plus âgé qui secouent un hochet pour faire taire l'enfant."
Crédit photo, Musée archéologique de Kerameikos à Athènes
Ce cheval miniature sur roues, découvert dans une tombe vieille de 2 100 ans, était-il un jouet, une offrande funéraire aux dieux, ou les deux ?
Avec les jouets, le contexte peut être encore plus glissant. Les enfants jouent partout, pas seulement dans des zones prédéfinies. (Bien qu'il ait pu exister dans l'Antiquité l'équivalent de salles de jeux centrées sur l'enfant). Ce n'est pas parce qu'un objet est exhumé dans un contexte que nous associons aux adultes qu'il n'a pas été utilisé pour jouer. Certains jouets peuvent avoir été des objets pour adultes qui étaient également utilisés par des enfants. Pensez au fait de donner à un tout-petit des casseroles et des poêles à frapper. Si un archéologue trouvait ces objets dans 2 000 ans, il pourrait les identifier comme des outils de cuisine, et non comme des objets qu'un enfant de deux ans a passé d'innombrables heures à taper joyeusement. D'autre part, même lorsqu'un objet est exhumé dans un contexte associé aux enfants, comme une tombe d'enfant, cela ne signifie pas qu'il a toujours été utilisé pour jouer : l'objet peut avoir été utilisé à des fins cérémonielles ou religieuses. Pour compliquer encore les choses, les cultures du passé étaient très différentes de la nôtre, à tel point que même notre question "s'agissait-il d'un jouet ou d'un objet sacré" pourrait être pratiquement dénuée de sens.
Crédit photo, Getty Images
Diverses figurines féminines ont été découvertes dans le monde entier, dont celles-ci, datant de 1 500 ans, en Israël – mais étaient-elles destinées aux enfants ?
Prenez les poupées. Comme les buzzes, des figurines féminines miniatures ont été découvertes dans le monde entier. Certains auteurs anciens semblent également décrire des fillettes jouant à des jouets qui pourraient correspondre à nos poupées modernes. Plutarque, se souvenant de sa fille morte à l'âge de deux ans, raconte qu'elle demandait à sa nourrice de donner à manger à ses "objets et jouets" et invitait les jouets à sa table. Un type particulier de poupée a été retrouvé dans des sites de l'Antiquité grecque et romaine, soit dans des sanctuaires religieux, soit enterré dans des tombes de jeunes filles. Avec des membres articulés et des détails élaborés, y compris des coiffures à la mode et des caractéristiques adultes sexuées comme les seins (aucune poupée de bébé de l'Antiquité n'a jamais été retrouvée), la plupart des exemples survivants étaient en terre cuite en Grèce, et en os ou en ivoire (avec un exemple stupéfiant en ambre) à Rome. En Grèce, les poupées en t†erracotta étaient si populaires qu'elles étaient produites en masse avec des moules. À Rome, les poupées étaient produites par des centres de fabrication spécialisés dans les objets en os et en ivoire. Cela ne signifie pas pour autant qu'il s'agissait des mêmes poupées que celles avec lesquelles la fille de Plutarque aurait joué, déclare Dasen, qui prévoit une exposition sur les poupées au musée suisse d'Yverdon en 2024. "Nous prenons pour acquis qu'elle a la même apparence qu'une Barbie, donc que c'est une Barbie. Mais non." La plupart des poupées grecques qui ont été découvertes sont en terre cuite, trop délicate pour résister à la rudesse de nombreux jeux. Et beaucoup de moules de fabrication ont été trouvés dans des sanctuaires religieux – ce qui indique une fonction plus sacrée.
Crédit photo, Musée archéologique d'Albacete, Espagne
Cette poupée romaine antique en ivoire avec des bras et des jambes articulés a été trouvée dans une tombe d'enfant du IVe siècle.
Au contraire, la plupart des chercheurs s'accordent aujourd'hui à dire que ces types de poupées étaient utilisés pour des fonctions cérémonielles spécifiques : dédiées aux sanctuaires des divinités protégeant les filles et les femmes, comme Artémis, Déméter et Core, dans le cadre du rite de passage avant le mariage ou pendant la cérémonie de mariage, par exemple. En grec ancien, précise Dasen, korê signifie à la fois "poupée" et "fille non mariée". Mais une même poupée peut aussi avoir eu un double usage. "Nous avons tendance à diviser le sacral et le normal. Mais ce n'était pas le cas à l'époque", explique Mme Sommer. "Tout était intégré. Il n'y avait pas de ségrégation entre ces deux mondes." Même à l'époque contemporaine, certaines cultures présentent des chevauchements similaires : les anthropologues ont remarqué que les enfants des Andes fabriquent souvent, et jouent avec, des maisons miniatures, qui sont ensuite offertes aux dieux dans les sanctuaires.
Alors comment les archéologues et les historiens peuvent-ils avoir une idée réelle de ce à quoi jouaient les enfants ? Dans certains cas, il existe une trace littéraire. Ainsi, une femme nommée Diogène écrivait à son frère, il y a 1 700 ans, à Oxyrhynchus, en Égypte : "Je salue le petit Théon. Huit jouets ont été apportés pour lui par la femme que tu m'as dit de saluer et je te les ai envoyés". Il existe des écrits sur Agésilas II, roi de Sparte il y a 2 400 ans, qui aimait monter un cheval fait de bâtons avec son fils, et Octave Auguste, premier empereur de Rome, qui jouait aux billes avec les enfants. Il y a ensuite les preuves iconographiques : les illustrations figurant sur les vases, les pierres tombales et les reliefs, par exemple. Sommer m'en montre une, une stèle de la Grèce antique représentant un enfant assis et jouant avec une balle. "Donc, ce n'est même pas discutable, n'est-ce pas, que cette balle soit réellement quelque chose avec laquelle ils jouent".
Crédit photo, Maria Sommer/Musée national d'Athènes/Ministère hellénique de l'Éducation et des Affaires religieuses
Une stèle de la Grèce antique montre un enfant assis et jouant avec une balle
Elle fait apparaître une autre image. "Regardez ce garçon – il joue avec un hochet. Et nous trouvons des hochets identiques dans les archives archéologiques." Les hochets de la Grèce antique étaient si populaires qu'ils avaient même un centre de fabrication sur l'île de Chypre. Cela met en évidence un autre indice, sur lequel s'appuie Van Beek dans son interprétation des bourdonnements : ce avec quoi les enfants jouent aujourd'hui. Un anthropologue socioculturel, par exemple, a trouvé des dizaines de parallèles entre les jouets des enfants de l'Afrique contemporaine et ceux de l'Antiquité grecque et romaine. Si l'on part du principe que les enfants d'aujourd'hui sont comme ceux d'il y a 3 000 ans, ces parallèles pourraient éclairer certains mystères archéologiques, comme les figurines d'animaux en terre cuite trouvées dans les tombes d'enfants de la Grèce et de la Rome antiques, souvent interprétées comme étant symboliques. En Afrique du Nord, les enfants fabriquent leurs propres animaux miniatures en argile et jouent à des jeux d'imagination avec eux. Mais nous devons veiller à ne pas abuser de cette approche, met en garde Mme Dasen. Dans une étude, elle fait référence à un objet de la Grèce antique qui ressemble à s'y méprendre à un yo-yo moderne. Il apparaît sur des vases et les enfants le font pendre en l'air. Des objets identiques ont été trouvés dans des fouilles archéologiques. Mais ceux qui ont été retrouvés sont en terre cuite fragile, et ils sont souvent décorés de motifs de séduction. Au lieu d'un yo-yo, il pourrait s'agir d'un iynx : un disque que l'on faisait tourner pour tenter d'attirer la chance en amour.
Crédit photo, Staatliche Museen zu Berlin, Antikensammlung/Johannes Laurentius
Un vase de la Grèce antique représente ce qui ressemble à un yo-yo d'aujourd'hui, mais qui représente probablement autre chose
Même les hochets ont été contestés. Alors qu'ils ont été découverts dans le monde entier – en Sibérie, où le jouet en argile vieux de 4 000 ans a la forme d'une tête d'ourson ; en Turquie, où la décoration en noir et blanc est similaire aux couleurs très contrastées que nous utilisons aujourd'hui pour les nourrissons ; dans la Grèce antique, où des hochets en bronze ont été retrouvés dans les tombes de nourrissons particulièrement riches – certains d'entre eux étaient trop grands, et fabriqués dans un matériau trop fragile, pour avoir été utilisés de manière convaincante par de jeunes enfants. "Mais regardez tous ces morceaux de hochets cassés auxquels personne n'a prêté attention. Ils sont dans les maisons, dans les rues, dans des endroits où l'on peut trouver des enfants", déclare Kristine Garroway, professeur associé qui étudie les enfants dans l'Israël antique et la Mésopotamie au Hebrew Union College de Los Angeles, en Californie. "Il y a donc peut-être un contexte plus large qui a été négligé, simplement parce que les enfants ont été négligés. Et peut-être que ce sont les adultes ou un enfant plus âgé qui secouent un hochet pour faire taire l'enfant."
Crédit photo, Maria Sommer/Département des jouets Benaki, Phaliro, Athènes
Les objets qui ressemblent à des hochets, comme celui-ci, datant d'il y a 2 500 ans en Grèce, remontent à des millénaires
Autrefois, la seule façon de savoir si un objet avait été créé par un enfant était d'en évaluer la "grossièreté", mais aujourd'hui nous disposons de méthodes plus scientifiques. Si les spécialistes ont souvent interprété les récipients miniatures comme des votifs, par exemple, sur le site israélien de Tel Nagila, qui date de 3 500 ans, les chercheurs ont utilisé des analyses d'empreintes digitales pour déterminer que des enfants en avaient fabriqué un certain nombre. Si le jeu était (et est) intrinsèquement éducatif – un "moyen de développer des compétences de vie", comme le dit Garroway, et une façon de favoriser "le développement de l'enfant lorsqu'il entre dans le monde des adultes" – alors ces récipients étaient le résultat du jeu. (Dans son analyse des haches, pots et pointes de flèches miniatures découverts sur des sites danois de l'âge du bronze et du fer, Lillehammer conclut de la même manière que ces objets étaient probablement destinés à la fois au jeu et à l'éducation : les petites pointes de flèches trouvées dans une sépulture d'enfant mésolithique à Skateholm, en Suède, par exemple, auraient pu être utilisées par les enfants pour s'entraîner. Des recherches plus récentes, notamment sur des outils de lancer de lance de taille enfantine datant de 1700 ans et découverts dans l'Oregon actuel, sont parvenues à des conclusions similaires). Une autre façon de savoir si un enfant a pu fabriquer un objet est de mettre en place une expérience. Trente ans après la tentative de Van Beek de fabriquer un buzz, Garroway a eu un point de vue différent. Peut-être que les buzz n'étaient pas seulement joués par les enfants, mais qu'ils étaient fabriqués par des enfants – un processus qui était à la fois un jeu et un moyen pour les enfants d'acquérir des compétences importantes en matière de production artisanale. Pour vérifier son hypothèse, elle a recruté 22 enfants pour casser de la poterie, puis essayer de fabriquer leurs propres buzzes. L'enfant qui s'est le plus distingué, dit-elle, a pris le tesson d'un pot de fleurs qui avait déjà un trou d'évacuation, a coincé un crayon dans le trou et a fabriqué une toupie. "Il a compris la mission d'une manière différente", dit Mme Garroway en riant. (En effet, certains archéologues pensent qu'une des utilisations des disques retrouvés avec un seul trou, par opposition aux buzzes à double trou, aurait pu être des toupies). Bien que les experts continuent à percer le mystère de la façon dont les enfants du passé jouaient, de nombreuses questions demeurent. Il y a des énigmes que nous ne résoudrons peut-être jamais, ce qui pourrait rendre la "blague du père" de l'archéologie pertinente pendant quelques années encore. Mais, comme le souligne M. Garroway, cela n'est pas seulement vrai pour l'archéologie de l'enfance. "Autant nous ne sommes pas sûrs avec les enfants, autant nous ne sommes pas sûrs avec les adultes de la façon dont ils utilisaient les objets", dit-elle ironiquement. "Nous faisons des suppositions éclairées, beaucoup".
© 2022 BBC. La BBC n'est pas responsable du contenu des sites externes. Découvrez notre approche en matière de liens externes.

根源

カテゴリー

タグはこちら

,