Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, avec le président russe Vladimir Poutine, lors d’une conférence de presse commune à Budapest, le 30 octobre 2019. (Zoltan Mathe/AP)
– La Russie a rouvert le robinet du gaz vers l’Europe en redémarrant jeudi le gazoduc Nord Stream. Selon Olivier Véran, il faut «toujours» s’attendre à ce que la Russie coupe le gaz et l’Europe se prépare à ce que l’énergéticien Gazprom, propriétaire du gazoduc, coupe le robinet pour de bon.
– L’Ukraine réclame plus d’armes et des sanctions supplémentaires contre Moscou alors que la Russie a fait savoir mercredi qu’elle ne se concentrait plus uniquement sur l’est du pays.
– Les Etats-Unis ont averti l’Iran mercredi qu’il risquait une forme de «dépendance» envers une Russie isolée après la visite de Vladimir Poutine à Téhéran cette semaine et l’appel l’ayatollah Ali Khamenei, à renforcer «la coopération sur le long terme» avec la Russie.
Céréales ukrainiennes et engrais russe: un accord va être signé vendredi en Turquie. La Russie et l’Ukraine vont signer un accord sur les exportations de céréales à Istanbul vendredi après-midi, a annoncé ce jeudi soir la présidence turque. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, ainsi que des représentants de la Russie et de l’Ukraine, participeront à la cérémonie de signature qui aura lieu à 13h30 GMT au palais de Dolmabahçe à Istanbul, a ajouté la présidence. L’accord devrait permettre une sortie par la Mer noire des céréales ukrainiennes bloquées par la guerre et un allégement des entraves à l’exportation de grains et engrais russes.
La Russie veut développer sa coopération «stratégique» avec la Hongrie. La Russie entend développer sa relation avec la Hongrie malgré les sanctions prises contre Moscou par l’Union européenne, dont Budapest est membre. «J’apprécie réellement nos relations. Nos discussions aujourd’hui ont confirmé leur nature durable et stratégique. Et nous allons les développer de toutes les façons possibles» a ainsi déclaré ce jeudi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, lors d’une conférence de presse conjointe à Moscou avec son homologue hongrois Peter Szijjarto. «Aujourd’hui, nos collègues ont fait part de l’intérêt du gouvernement hongrois pour un nouvel achat de gaz naturel cette année. Cette requête sera immédiatement transmise et étudiée» a-t-il ajouté. Le chef de la diplomatie hongroise doit par ailleurs prochainement s’entretenir avec le vice-Premier ministre russe Alexander Novak, homme fort du secteur de l’énergie en Russie. Cette visite intervient au lendemain de la présentation par Bruxelles d’un plan visant à diminuer de 15 % la demande européenne de gaz pour surmonter la chute des livraisons russes et s’affranchir de Moscou.
Livraisons d’armes : Kyiv remercie Londres. Quelques heures après l’annonce par le Royaume-Uni de l’envoi de nouvelles armes à l’Ukraine, ce jeudi, le ministère ukrainien de la Défense exprime sa reconnaissance dans un message publié sur Twitter.
@BWallaceMP annonces new🇬🇧 military aid package for 🇺🇦
✅ 20 M109 155mm self-propelled guns & 36 L119 105mm artillery guns
✅counter-battery radar systems, over 50,000 rounds of ammo
✅ more than 1,600 more anti-tank weapons
Thank you 🇬🇧! Let’s win this war!#StandWithUkraine
Le président bélarusse appelle l’Ukraine à mettre un terme à la guerre. Ce n’est une surprise pour personne : le président du Bélarus Alexandre Loukachenko est un proche allié de Vladimir Poutine, dont il approuve la politique internationale. Dans une interview à l’AFP, ce jeudi, le chef de l’Etat reprend le mantra du Kremlin selon lequel les Occidentaux ont «provoqué la guerre» en Ukraine. Seules des concessions de Kyiv pourraient permettre de trouver un terme un conflit et ainsi éviter le «précipice», ajoute-t-il. «Tout dépend de l’Ukraine, actuellement, la particularité du moment est que la guerre peut se finir dans des conditions plus préférables, acceptables pour l’Ukraine», déclare-t-il, précisant que le gouvernement ukrainien devrait s’engager à «ne jamais avoir sur le territoire de l’Ukraine des armes menaçant la Russie».
Malgré la répression, Memorial persiste et se penche sur l’Ukraine. Après la dissolution de l’ONG de défense des droits humains par les autorités russes, en février, les représentants de Memorial se sont retrouvés mercredi à Paris pour se replonger dans le procès qui a mené à sa fermeture. Mais aussi pour imaginer le futur de leurs recherches sur les crimes commis par le pays, notamment en Ukraine. Notre article.
Le chef de la diplomatie se rend à Moscou pour acheter du gaz. Le chef de la diplomatie hongroise Peter Szijjarto se rend jeudi à Moscou «dans le but de garantir la sécurité de l’approvisionnement énergétique de la Hongrie, le gouvernement a décidé d’acheter 700 millions de mètres cubes supplémentaires de gaz naturel en plus des quantités déjà prévues dans les contrats de long terme», annonce le parti Fidesz du Premier ministre hongrois Viktor Orban, dans un message posté sur Facebook.
Le Royaume-Uni envoie de nouvelles armes à l’Ukraine. «Avec nos partenaires internationaux, nous veillerons à ce que l’Ukraine dispose des outils nécessaires pour défendre son pays contre l’invasion illégale du (président russe Vladimir) Poutine», affirme le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace. Le Royaume-Uni va envoyer 1600 armes antichars à l’Ukraine, ainsi que des dizaines de canons d’artillerie, des centaines de drones, des systèmes de radar de contre-batterie et plus de 50 000 cartouches de munitions.
L’Ukraine dénonce la présence d’armes lourdes au sein d’une centrale nucléaire. La société ukrainienne d’énergie nucléaire Energoatom dénonce la présence d’au moins 14 pièces d’équipement militaire lourd avec des munitions, des armes et des explosifs dans l’enceinte de la centrale nucléaire, située dans la ville occupée d’Enerhodar, dans l’oblast de Zaporijia. «Les occupants continuent de violer cyniquement toutes les normes et exigences concernant la sécurité incendie, nucléaire et radiologique» de la centrale nucléaire, commente l’entreprise, qui pointe la présence d’armes à proximité de substances hautement inflammables.
Le Sénat donne son accord pour l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Otan. Le Sénat à majorité de droite donne le premier feu vert du Parlement français, avant l’Assemblée nationale, à un projet de loi de ratification pour permettre l’accession de la Suède et de la Finlande à l’Otan. Les deux pays nordiques ont confirmé avoir renoncé à leur neutralité et décidé de rejoindre l’Otan à cause de la dégradation de la situation sécuritaire en Europe provoquée par l’invasion russe en Ukraine. Pour que la ratification par la France soit effective, le texte doit encore être approuvé par les députés qui l’examineront le 2 août.
Olena Zelenska a rencontré Nancy Pelosi. La Première Dame d’Ukraine Olena Zelenska s’est entretenue ce jeudi matin avec la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi. «Je la considère comme l’une des femmes les plus puissantes du monde et j’étais très heureuse de la voir aujourd’hui aux États-Unis», a déclaré Olena Zelenska à l’issue de la rencontre. La veille, face au congrès, elle a livré un plaidoyer pour davantage de livraisons d’armes. «Nous sommes reconnaissants de la présence des Etats-Unis à nos côtés dans cette guerre», a noté Olena Zelenska. «Je vous demande davantage d’armes […] pour protéger les maisons de chacun et le droit de se réveiller vivant dans ces maisons», a-t-elle dit. «Aidez-nous […] et nous remporterons ensemble une grande victoire», a-t-elle ajouté.
Ukrainian First Lady Olena Zelenska: "While Russia kills, America saves and you should know about it. We thank you for that. But, unfortunately the war is not over. The terror continues…I am asking for something now I never would want to ask. I am asking for weapons." pic.twitter.com/R7IRnyaPbY
Pour le Kremlin, les problèmes de livraison de gaz sont liées aux restrictions. Le Kremlin a assuré jeudi que des restrictions occidentales causaient tous les problèmes techniques de livraison de gaz russe vers l’Europe, au moment où le gazoduc Nord Stream a redémarré après une période de maintenance. «Ce sont ces restrictions qui empêchent d’effectuer les réparations d’équipements, notamment des turbines dans les stations de compression», a affirmé le porte-parole de la présidence, Dmitri Peskov, lors de sa conférence de presse quotidienne. Par ailleurs, il a jugé «complètement fausses» les accusations contre Moscou de «chantage» au gaz envers les Européens. Reprenant des propos récents du président russe, Dmitri Peskov a répété jeudi que le géant russe du gaz Gazprom remplira «toutes ses obligations».
Volodymyr Zelensky salue le «soutien indéfectible» de Mario Draghi. Dans un message publié sur son compte twitter, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a tenu à saluer le soutien indéfectible de Mario Draghi, désormais ex-Premier ministre italien qui a remis sa démission ce jeudi matin au Président du conseil italien. «Sincèrement reconnaissant à Mario Draghi pour son soutien indéfectible à l’Ukraine dans la lutte contre l’agression russe et la défense des valeurs européennes communes – démocratie et liberté. Nous continuerons à travailler pour renforcer la coopération entre l’Ukraine et l’Italie. Je suis convaincu que le soutien actif du peuple italien pour l’Ukraine va continuer», a affirmé le président Zelensky.
Щиро вдячний #МаріоДраґі за непорушну підтримку 🇺🇦 в боротьбі з агресією РФ і в захисті спільних європейських цінностей – демократії та свободи. Працюватимемо й надалі над зміцненням 🇺🇦-🇮🇹 співпраці. Переконаний, що активна підтримка народом 🇮🇹 народу 🇺🇦 триватиме!
Kyiv tacle le Kremlin après la visite de Poutine en Iran. Mykhailo Podolyak, le conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky a peu goûté de la visite de Vladimir Poutine en Iran, notamment auprès de l’ayatollah Ali Khamenei. Encore plus lorsque les forces russes ont détruit le jour même une mosquée à Kharkiv. «Aller se prosterner à Téhéran pour supplier le chef suprême de l’Iran, Ali Khamenei, de fournir des armes «pour la deuxième armée du monde», et en même temps bombarder la mosquée de Kharkiv. Rien n’est sacré pour les barbares. Mais comprendront-ils le geste de mépris du Kremlin à l’égard de l’Iran ?», a écrit sur son compte twitter Mykhailo Podolyak. Les frappes survenues mercredi à Kharkiv ont fait deux morts et une vingtaine de blessés.
Класичне російське єзуїтство. Приїхати на поклон у Тегеран, щоб вимолити у Верховного лідера Ірану @khamenei_ir «трошки зброї для другої армії світу», а паралельно обстріляти мечеть у Харкові. Для варварів немає нічого святого. Але чи зрозуміють в Ірані жест зневаги від Кремля? pic.twitter.com/fN1iKu1uij
Pour la CIA, «aucune preuve que Poutine est malade». «Il n’y a aucune information indiquant que Vladimir Poutine est instable ou en mauvaise santé», malgré les spéculations croissantes selon lesquelles le président russe pourrait être malade, peut-être atteint d’un cancer ou mentalement instable, a déclaré le directeur de la CIA, William Burns, lors du Forum sur la sécurité d’Aspen, dans le Colorado, rapporte la BBC. William Burns a déclaré que rien ne laissait penser qu’il avait des problèmes physiques. Au contraire. Au milieu des rires du public, Burns a souligné que Vladimir Poutine avait l’air «beaucoup trop en forme». «C’est un grand adepte du contrôle, de l’intimidation et de la vengeance», a précisé Burns qui a officié en tant qu’ambassadeur en Russie entre 2005 et 2008. «Il est convaincu que son destin en tant que dirigeant de la Russie est de restaurer la Russie en tant que grande puissance. Il pense que la clé pour y parvenir est de recréer une sphère d’influence dans le voisinage de la Russie et il ne peut y parvenir sans contrôler l’Ukraine», a rappelé le patron de la CIA.
La Russie accuse Kyiv de frappes sur le cite de la centrale nucléaire de Zaporijia. «Cela confirme la volonté des autorités ukrainiennes de créer les conditions d’une catastrophe nucléaire non seulement sur leur territoire, mais dans toute l’Europe», a déclaré Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, lors de sa conférence de presse hebdomadaire. Selon la diplomatie russe, l’armée ukrainienne aurait effectué une série de frappes sur le cite de la centrale nucléaire de Zaporijia située dans le sud du pays et aux mains des Russes depuis le mois de mars. Selon elle, les forces ukrainiennes ont effectué une frappe de drone lundi «à quelques dizaines de mètres de structures vitales pour la sécurité de la centrale, un réservoir de combustible nucléaire usé et le réservoir de refroidissement d’un réacteur». Elle n’a pas fait état de dégâts mettant en danger la sécurité nucléaire du site mais a prévenu que Kyiv avait à nouveau visé le site mercredi. Les médias russes ont publié des images supposées de panaches de fumées dans la ville d’Energodar, où est située la centrale.
Украинские беспилотники-камикадзе совершили налет на Запорожскую атомную электростанцию в Энергодаре, которая в ходе спецоперации на Украине была взята под контроль войсками Донбасса.

Били по хранилищу с ядерными отходами, но не попали: https://t.co/xLFayvaNVq#Украина #СВО pic.twitter.com/sAwgcRjIlT
La Turquie se dit optimiste de voir un accord sur les exportations de blé dans les prochains jours. C’est ce qu’a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, en exprimant «l’espoir de bonnes nouvelles dans les jours à venir». Mercredi, le président russe Vladimir Poutine s’est dit prêt à faciliter l’exportation du blé ukrainien, mais a demandé à ce que toutes les restrictions à l’exportation du blé russe soient levées. «Lorsque nous aurons résolu cette question, non seulement la voie sera ouverte pour l’exportation de blé et d’huile de tournesol, mais aussi pour les produits en provenance de Russie», a ajouté le chef de la diplomatie d’Ankara. Un accord de principe a été conclu lors d’un premier sommet quadripartite entre la Russie, l’Ukraine, la Turquie et l’ONU, et une nouvelle réunion des délégations devrait permettre d’élaborer un document final.
A Mykolaïv, la Russie aurait bombardé un centre de stockage d’aide humanitaire. Selon les autorités de la ville, l’armée russe a bombardé dans la nuit autour de 3 heures du matin un centre de stockage d’aide humanitaire à Mykolaïv. La vidéo, captée par des caméras de vidéosurveillance, a été partagée de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Notamment par Vitaliy Kim, gouverneur de l’oblast de Mykolaïv, qui précise que deux missiles ont frappé la ville, détruisant un centre de stockage d’aide humanitaire : «des milliers de tonnes de produits destinés aux enfants, aux personnes âgées et aux personnes dans le besoin ont été brûlées», a-t-il ajouté.
russian occupants by 2 missiles have attacked one of our humanitarian aid storage at 3am.
Thousands of tons of products, intended for children, elderly people and those who are in need, have been burned#russiaterrorist pic.twitter.com/v6uEXtbXtZ
Les Etats membres de l’UE acceptent les sanctions contre la Russie. Dans un message publié ce jeudi matin sur twitter, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est félicité de la décision des Etats membres de l’Union européenne de valider le septième paquet de sanctions à l’encontre de la Russie. Des «sanctions renforcées et prolongées» qui envoient «un signal fort à Moscou : nous maintiendrons la pression aussi longtemps qu’il le faudra», prévient Ursula von der Leyen.
Member States have agreed to our reinforced, prolonged EU sanctions against the Kremlin.

I welcome that.

It sends a strong signal to Moscow: we will keep the pressure high for as long as it takes. https://t.co/eO87bSmGR1
Dmitri Medvedev promet un hiver de «grand froid» à l’Europe. «Les gens en Europe auront un froid intense chez eux cet hiver». Telle est la menace faite ce jeudi matin par l’ancien président de Russie et désormais chef adjoint du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev. Dans un long message sur Telegram, Medeved a listé les 11 «péchés» du «collectif occidental». Dont par exemple le fait pour les Européens d’avoir été «cyniquement trompés par les Américains, les obligeant à supporter les conséquences les plus douloureuses des sanctions, qui se sont abattues sur la population des pays de l’UE». Il prévient ensuite, dans le deuxième point, que «les gens ordinaires en Europe auront un froid glacial dans leurs maisons cet hiver». Plus inquiétant, au point 8, Medvedev inclut parmi les «péchés» de l’Occident le fait que «l’OTAN continue, contrairement à toute logique et à tout bon sens, à se rapprocher des frontières de la Russie, créant ainsi une menace réelle de conflit mondial et de mort d’une partie importante de l’humanité».
2 morts et 19 blessés dans un bombardement à Kharkiv. Deux personnes ont été tuées et 19 autres blessées jeudi matin dans un bombardement russe sur Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine située dans le nord-est, a annoncé le gouverneur régional. Quatre des blessés sont dans un état grave à la suite de ce bombardement au lance-roquettes multiple, a ajouté sur Telegram le gouverneur Oleg Synegoubov. «L’ennemi russe frappe les rues de la ville, les pavillons, les commerces, les infrastructures résidentielles, a précisé le gouverneur. Les habitants de Kharkiv sont priés d’être extrêmement prudents […] Restez dans les abris !»
L’Ukraine dévalue sa monnaie de 25 %. La Banque centrale d’Ukraine a annoncé jeudi la dévaluation de 25 % de la monnaie nationale, la hryvnia, face au dollar en raison de l’impact de l’invasion russe sur l’économie nationale. «Une telle mesure renforcera la compétitivité des producteurs ukrainiens» et «soutiendra la stabilité de l’économie dans les conditions de guerre», a déclaré dans un communiqué la banque centrale, en établissant jeudi le taux d’échange à 36,57 hryvnias pour un dollar contre 29,25 hryvnias pour un dollar auparavant, cours qui était en vigueur dès le début de l’invasion russe en février.
Tax or not ? Faut-il une taxe exceptionnelle sur les profits engrangés par les producteurs d’énergie et les grandes entreprises de transport grâce à l’inflation provoquée par la guerre en Ukraine et la reprise de l’économie mondiale après la crise du Covid ? Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale, y est favorable, mais il plaide pour qu’elle soit coordonnée au niveau européen. Lire son interview.
La Russie rouvre le gaz vers l’Europe, mais le gouvernement se veut prudent. «Nous nous attendons toujours à ce que la Russie coupe le gaz à destination de l’Europe à tout moment. Peut-être d’ici cet automne, cet hiver. Concrètement, on est en train de faire des stocks», a prévenu jeudi matin au micro de Franceinfo Olivier Véran. Il appelle concrètement les Français à «faire de petites économies», «des petites attention du quotidien». L’heure n’est pas à «couper le jus pour des entreprises» grosses consommatrices d’énergie, mais la possibilité de «détourner du flux électrique» reste envisagée si de vives tensions d’approvisionnement apparaissent. La veille, la Commission européenne a présenté son ambitieux plan de réduction de 15 % de consommation de gaz dans chacun des 27 Etats membres, pour contrer la réduction des livraisons du gaz russe.
🗣 La Russie rouvre le gaz vers l’Europe ➡️ "Nous nous attendons toujours à ce que la Russie coupe le gaz à destination de l’Europe à tout moment. Concrètement, on est en train de faire des stocks”, assure Olivier Véran, qui appelle à nouveau aux économies d’énergie. pic.twitter.com/ECXeNV0Qe1
Moscou relance le gazoduc Nord Stream. La Russie a rouvert le robinet du gaz vers l’Europe en redémarrant jeudi le gazoduc Nord Stream mais l’incertitude demeure sur les quantités acheminées via cette conduite indispensable pour éviter une crise énergétique cet hiver. Après dix jours d’entretien annuel, les livraisons devaient reprendre jeudi matin dans ce pipeline qui relie directement les champs gaziers sibériens au nord de l’Allemagne, d’où le gaz est ensuite exporté à d’autres pays européens. Mais dans le contexte de la guerre en Ukraine et du bras de fer entre Moscou et les Occidentaux sur l’énergie, l’Europe s’était préparée à ce que l’énergéticien Gazprom, propriétaire du gazoduc, coupe le robinet pour de bon. Aucune donnée n’était toutefois encore disponible sur les volumes de gaz envoyés dans le gazoduc jeudi. Ces volumes seront connus plus tard dans la journée.
La Russie ne se contentera plus que de l’est de l’Ukraine. Près de cinq mois après le début de son offensive, la Russie a élargi mercredi ses objectifs à d’autres territoires que ceux de l’est de l’Ukraine. «La géographie est différente maintenant. Ce ne sont plus seulement les républiques populaires de Donetsk et Lougansk (les territoires séparatistes de l’est de l’Ukraine) [que nous ciblons], ce sont aussi les régions de Kherson et Zaporijjia et une série d’autres territoires, et ce processus continue, de façon constante et opiniâtre», a expliqué le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov mercredi. Face à cette nouvelle menace, Kyiv réclame plus de livraisons d’armes et plus de sanctions contre Moscou.
© Libé 2022
© Libé 2022

根源

カテゴリー

タグはこちら

,