Consulter
le journal
EDF ou l’histoire d’une débâcle française
De Netflix à Apple ou Amazon, une vague de nouveaux entrants dans la publicité
« EDF ou le fiasco d’une politique énergétique à géométrie variable »
« La mer et l’énergie sont historiquement deux domaines où s’exprime la puissance régalienne »
Les images de l’ouragan Ian qui a ravagé la Floride
Les images des kilomètres de bouchons à la frontière entre la Russie et la Géorgie
« Rap Business » : pourquoi les rappeurs d’origine congolaise dominent le rap français
Naufrage du « Joola » : notre enquête vidéo sur le « Titanic » africain
Le Royaume-Uni doit vite restaurer sa crédibilité
Derrière la contestation du partenariat entre Polytechnique et LVMH, une nouvelle génération d’étudiants
« Les financements climatiques doivent être vus comme un investissement de survie pour l’humanité »
« La mer et l’énergie sont historiquement deux domaines où s’exprime la puissance régalienne »
« Poulet frites » : le fait divers cuisiné à la sauce belge
« Le Club des libéraux », de Bernard Quiriny : : la chronique « philosophie » de Roger-Pol Droit
« Le porno sera-t-il bientôt interdit ? », sur France 2 : enquête sur une industrie qui détruit des vies
Alberto Manguel, l’homme qui a donné 40 000 livres
Le néon revient-il en pleine lumière ?
Magic City, Majestic Diner, Plaza Theatre… Atlanta assure le show
Les raviolis frits de chez Wang, des bouchées qui croustillent avec délice
La France buissonnière : une rampe en Lego pour rouler sur le handicap
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Vincent Lorphelin
Entrepreneur
Les Etats restent réticents face au développement des monnaies numériques privées, qui sont un puissant levier d’innovation, note l’expert du numérique Vincent Lorphelin dans une tribune au « Monde ».
Publié le 10 septembre 2021 à 12h34 Temps de Lecture 4 min.
Article réservé aux abonnés
Tribune. Le bitcoin voulait, dès 2009, être la première monnaie privée numérique. Mais son utilisation insignifiante comme moyen de paiement l’a, pour l’instant, disqualifié en tant que monnaie. Le véritable électrochoc est venu du projet Libra de Facebook. Annoncé en 2019 comme une cryptomonnaie internationale, il a immédiatement provoqué un tollé des gouvernements. Rappelé vigoureusement à l’ordre par Washington, Libra s’est renommé Diem, a promis d’attendre une autorisation fédérale et se limite à n’être qu’un « stablecoin » (une cryptomonnaie stable) du dollar. Comme un jeton de casino, c’est une représentation pratique d’un dollar, garantie par un montant égal de billets dans un coffre, échangeable directement et sans frais entre smartphones.
Cette monnaie privée permettrait aux transferts internationaux, prélevés à 6,5 % aujourd’hui, de devenir quasi gratuits. Elle promet des comptes bancaires sans frais – 1,7 milliard de personnes sont débancarisées –, des prêts instantanés et des services bancaires améliorés grâce au big data. Plusieurs stablecoins sont déjà opérationnels, mais ne sont utilisés que pour le marché des cryptoactifs. Il s’agit des milliers de biens virtuels issus de la blockchain et dont la valeur résulte de l’offre et de la demande.
Le bitcoin est un cryptoactif et non une monnaie privée. Il est certes utilisé comme moyen de paiement par Paypal ou Mastercard, et intronisé comme « monnaie légale » par le Salvador. Mais il y est testé en priorité pour les transferts transfrontaliers, qui pèsent 20 % du PIB du pays, pour bancariser 70 % de la population et desserrer l’étreinte du dollar. Sa volatilité empêchera son adoption en tant que monnaie réelle. En fait, il ressemble plus à de l’or moderne, donc à un actif, qu’à de la monnaie.
L’intérêt plus pérenne du bitcoin et des autres cryptoactifs est de fournir une infrastructure à des milliers d’applications pour sécuriser identité, argent, biens matériels et immatériels, pour prêter, emprunter, assurer, investir, prédire, parier, échanger, partager ou coconstruire sans intermédiaire. La multitude des projets en cours dessine un scénario d’innovation puissant pour les prochaines années : les monnaies communautaires, inspirées des monnaies locales comme le wir en Suisse ou l’eusko au Pays basque, se multiplient pour privilégier des territoires ou des réseaux sociaux.
Les cartes de fidélité de type Fnac ou Auchan deviennent des assistants d’achat, en fonction de préférences pour le commerce équitable ou d’intolérances alimentaires. Les micropaiements permettent d’acheter en un clic une musique ou un article. Les microrémunérations permettent à chacun de monétiser ses datas ou de rendre des petits services en ligne. Les microcontrats d’auteurs permettent à chaque contributeur d’un projet collectif de recevoir sa part si ce projet porte des fruits marchands, par exemple un équivalent de Wikipedia ou un projet innovant. Grâce à leurs interfaces sociales immersives, les Big Tech organisent des collaborations massives avec de nouveaux outils dérivés des réseaux sociaux, wikis, jumeaux numériques, documents partagés et visioconférences. Sur le modèle économique d’Uber, ces plates-formes attirent une génération de professionnels accoutumés aux jeux vidéo, aux missions courtes, aux objectifs multiples, au télétravail collectif, à la créativité et à la rémunération calculée automatiquement.
Il vous reste 44.35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.
Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.
Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

fonte

Categorizado em: