https://arab.news/5y3yy
SAN FRANCISCO: Les actionnaires de Twitter ont approuvé mardi l’accord de rachat de la plateforme par Elon Musk, juste après l’audition d’un lanceur d’alerte qui, comme le milliardaire, accuse l’entreprise d’avoir dissimulé des problèmes.
Le vote, à 98,6% en faveur de la transaction, consolide la position du réseau social à un mois de l’ouverture du procès qu’il a lancé contre M. Musk pour le forcer à honorer son engagement.
Début juillet, le patron de Tesla et SpaceX avait mis fin unilatéralement au contrat signé fin avril pour l’acquisition de Twitter à 54,20 dollars l’action, soit une valorisation de 44 milliards de dollars.
Mais ce scrutin représente une maigre consolation pour l’oiseau bleu décrié en public par un ancien haut responsable. Peiter Zatko, l’ex-chef de la sécurité de Twitter licencié en janvier, a détaillé mardi son rapport remis aux autorités américaines sur des graves failles de sécurité.
“La direction de Twitter trompe les élus, les régulateurs et même son propre conseil d’administration”, a-t-il déclaré d’emblée aux sénateurs de la commission judiciaire.
“Ils ne savent pas ce qu’ils ont comme données, où elles sont, d’où elles viennent et donc, évidemment, ils ne peuvent pas les protéger”, a affirmé l’expert plus connu sous son pseudonyme, Mudge. “Les employés ont trop d’accès (…) peu importe qui a les clefs si vous n’avez pas de serrures aux portes”, a-t-il relevé.
«Les profits avant la sécurité»
L’informaticien de 51 ans, recruté fin 2020 après un piratage spectaculaire de certains profils, assure avoir tenté d’alerter les hauts responsables du groupe, en vain. “Ils n’ont pas les compétences pour comprendre l’étendue du problème”, a-t-il assené. “Surtout, leurs bonus de dirigeants les incitent à faire passer les profits avant la sécurité”.
Cette remarque “est en partie invalidée par son admission que Twitter est un +service de grande valeur+”, a commenté Jasmine Enberg, analyste de Insider Intelligence. Mais les allégations de Mudge nuisent quand même “à l’image de Twitter, qui a fait de la sûreté et de la sécurité de ses utilisateurs une priorité”, a-t-elle ajouté.
Fin août, la révélation par la presse du rapport du lanceur d’alerte, très respecté dans le milieu de la cybersécurité, avait fait l’effet d’une bombe. Twitter a rejeté ces accusations comme infondées, mais elles sont tombées à pic pour Elon Musk.
Celui qui voulait un temps faire de la plateforme une place publique “essentielle à la démocratie”, estime que la société basée à San Francisco lui a menti sur la proportion de comptes automatisés et de spams parmi ses utilisateurs. Elle dépasserait à son avis largement les 5% estimés par la direction de Twitter.
Popcorn 
Or Peiter Zatko évoque directement dans son rapport les questions posées par le patron de Tesla sur les bots. Il mentionne des déclarations “trompeuses” de Parag Agrawal, le chef du réseau, et affirme que les outils de Twitter sont “obsolètes”, ses équipes “débordées” et “inefficaces”.
Des affirmations que les avocats d’Elon Musk essaieront d’utiliser à leur avantage lors du procès prévu pour la mi-octobre dans une cour spécialisée.
“Pour Wall Street, le témoignage de Zatko devant le Sénat met plus de pression sur le camp de Twitter”, a tweeté Dan Ives, analyste de Wedbush Securities.
Dans son communiqué de presse sur le vote des actionnaires, le groupe californien assure “continuer de croire que la prétendue résiliation de l’accord de rachat est invalide et infondée”.
“Je n’ai pas fait mes révélations de lanceur d’alerte par méchanceté ou pour nuire à Twitter”, a assuré Mudge aux sénateurs mardi. “Étant donné les dommages réels pour les utilisateurs et la sécurité nationale, j’ai décidé qu’il était nécessaire de prendre le risque personnel et professionnel, pour moi et ma famille, de donner l’alerte”, a-t-il souligné.
De son côté, Elon Musk a tweeté un émoji en forme de popcorn, laissant entendre qu’il suivait l’audition avec délectation.
https://arab.news/g95pf
RIYAD: La Société nationale saoudienne de logement a signé neuf accords d’un montant total de 542 millions d’euros avec plusieurs partenaires stratégiques nationaux en marge de l’exposition de projets de villes distinguées à Riyadh, a rapporté l’agence de presse saoudienne.
Les accords avec les partenaires nationaux visent à fournir des services de gestion de projets, de supervision d’ingénierie, de mise en œuvre des travaux de conception, de construction d’unités de logement et d’évaluation.
En outre, les accords facilitent la gestion de l’environnement d’impression et la maîtrise de la consommation, ainsi que la qualité des infrastructures, l’amélioration de la durabilité opérationnelle et le développement de projets.
Au début du mois, la Société nationale saoudienne de logement a signé un accord pour financer et développer un portefeuille de projets d’une valeur de plus de 10,8 milliards d’euros, qui aboutira à la construction de plus de 150 000 unités de logement dans 11 villes d’Arabie saoudite.
Fondée en 2016, la Société nationale saoudienne de logement est le bras d’investissement des initiatives et des programmes du ministère des Affaires municipales et rurales et du Logement dans les secteurs immobilier, résidentiel et commercial.
Elle vise également à augmenter l’offre immobilière avec une gamme d’options de logement, conformément à l’objectif de la Vision 2030 de porter à 70% le taux de propriété résidentielle des familles saoudiennes.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/jve4s
NEW YORK: La demande pour les chaussures et vêtements de sport de Nike, les baskets Jordan et les Converse, reste solide, mais les profits de la maison mère sont érodés par les grosses remises destinées à écouler ses stocks, gonflés par des aléas logistiques, et la hausse du dollar.
Dans un marché très nerveux, l’action du groupe a lâché plus de 10% après la publication de ses résultats trimestriels jeudi soir.
Le chiffre d’affaires de Nike est pourtant reparti à la hausse, augmentant de 4% de juin à août, période correspondant à son premier trimestre comptable, pour atteindre 12,7 milliards de dollars.
Il a augmenté dans toutes les régions, sauf dans la zone regroupant la Chine continentale/Hong Kong/Macao/Taïwan, soumis à des confinements stricts à cause de la Covid-19 pendant la période.
Si les effets de change n’étaient pas pris en compte, les ventes totales seraient en hausse de 10%.
Mais le bénéfice net du groupe a, de son côté, reculé de 22% à 1,5 milliard de dollars.
La marge brute du groupe pâtit notamment de dépenses de fret et logistiques élevées, a expliqué Nike.
L’entreprise a parallèlement dû proposer de grosses réductions sur les prix de certains produits qu’elle vend directement dans ses magasins ou en ligne.
Pas de ralentissement de la demande
Nike a en effet vu ses inventaires bondir au total de 44% par rapport à la même période en 2021, en raison surtout d’un important nombre de cargaisons actuellement en transit, a expliqué le directeur financier Matt Friend lors d’une conférence téléphonique.
L’an dernier à la même époque, plusieurs usines au Vietnam et en Indonésie avaient dû fermer à cause de pics de Covid, y suspendant la production et donc les exportations. De nombreux distributeurs ont aussi décidé cette année de passer plus tôt qu’habituellement les commandes pour les fêtes de fin d’année tandis que les temps de livraison sont plus imprévisibles.
Or le groupe veut s’assurer d’avoir dans les rayons les dernières nouveautés et procède pour se faire à de grosses démarques pour écouler les stocks en place. Une stratégie accentuée par la nécessité de s’aligner avec les promotions effectuées actuellement par d’autres grands groupes vendant des vêtements.
Autre source de pression: la forte montée du dollar ces derniers mois, qui abaisse la valeur des ventes effectuées dans d’autres monnaies.
Le groupe s’attend à ce que, sur l’ensemble de l’année, les effets de taux de change affectent son chiffre d’affaires à hauteur de 4 milliards de dollars.
Évoquant les mois à venir, “nous n’avons pas encore vu de ralentissement de la demande”, a répété le directeur général, John Donahoe, lors de la conférence téléphonique.
“Ceci dit, nous n’avons pas de boule de cristal sur les facteurs externes, qu’il s’agisse du marché des devises, de l’inflation ou de l’impact des prix de l’énergie sur les dépenses de consommateurs”, a-t-il ajouté.
Pour Neil Saunders, spécialiste du secteur de la distribution pour GlobalData, “bien qu’elle ne soit pas à l’abri des défis économiques, l’entreprise prouve qu’elle peut gérer avec succès les changements de la demande”. “Cependant, le prix de son agilité se fait au détriment du profit”, ajoute-t-il dans une note.
Le groupe va continuer à faire face dans les prochains mois aux éléments pesants sur ses marges. La question désormais est de savoir si les consommateurs vont maintenir leurs dépenses, en particulier en Amérique du Nord, estime M. Saunders.
https://arab.news/6r8b4
BRUXELLES : Les prix élevés du gaz et de l’électricité font peser un “risque imminent” de “pertes de production” et “d’arrêts de milliers d’entreprises européennes”, a averti jeudi BusinessEurope, une organisation représentant le patronat européen.
Dans une lettre adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l’association patronale réclame notamment un assouplissement du cadre des aides d’Etat aux entreprises en difficulté, un découplage d’urgence des prix de l’électricité de ceux du gaz ainsi que la mobilisation de tous les moyens de production d’électricité disponibles.
“Il est urgent de trouver des moyens au niveau de l’UE d’atténuer l’impact des prix de l’énergie qui paralysent les entreprises européennes, c’est une question de survie”, affirme le lobby des entreprises qui regroupe des organisations comme le Medef en France ou le BDA en Allemagne, à la veille d’une réunion des Etats membres à Bruxelles sur la crise énergétique.
L’exécutif européen et les Vingt-Sept peinent jusqu’à présent à esquisser des solutions, tant les mix énergétiques et les intérêts des différents pays sont divergents.
Quelque “70% de la production européenne d’engrais a été arrêtée ou ralentie, tandis que 50% de la capacité totale de production d’aluminium a été perdue. Il existe un réel danger que les entreprises, et en particulier les industries à forte intensité énergétique, se délocalisent définitivement en dehors de l’Europe”, s’inquiète BusinessEurope.
“Pour éviter de nouvelles pertes de production, le cadre communautaire des aides d’État doit être encore ajusté afin de permettre temporairement aux États membres d’accorder les aides dont les entreprises touchées ont tant besoin”, a-t-elle réclamé.
“Les décideurs politiques devraient envisager d’urgence une mesure temporaire à l’échelle de l’UE pour découpler les prix de l’électricité des prix du gaz. Si elle est bien conçue (…), cette mesure pourrait effectivement faire baisser les factures d’énergie”, assure le lobby patronal.
“Chaque Mégawattheure (d’électricité) et chaque milliard de mètres cubes (de gaz) comptera cet hiver. Il est possible et nécessaire de faire davantage pour accroître l’offre d’énergie en Europe. Il est extrêmement important d’intensifier encore l’action extérieure auprès des fournisseurs et de déployer au plus vite des capacités supplémentaires en matière d’énergies renouvelables, d’énergie nucléaire, d’énergie à faible émission de carbone et de gaz naturel en Europe”, estime encore BusinessEurope.
“De nombreuses entreprises étant au bord de l’effondrement, il convient d’envisager toutes les options pour faciliter la production d’énergie, y compris des adaptations législatives temporaires ou des moratoires”, demande l’organisation, au moment où des réacteurs nucléaires sont mis à l’arrêt en Belgique et en Allemagne.

источник

Категоризировано в: