Si le conflit est resté lointain pour une bonne partie de la Russie, il n’est que trop réel pour les habitants de Belgorod, à 40 kilomètres de la frontière. Dans cette ville aux liens très forts avec l’Ukraine, la guerre a déjà tout changé, raconte ce journal américain.
De Belgorod, Russie
Des camions militaires et des véhicules de transport de troupes arborant la lettre Z peinte à la bombe traversent les carrefours en grondant. Des groupes d’hommes en tenue de camouflage arpentent les rues et achètent des articles militaires, comme des sous-vêtements thermiques. Des réfugiés affluent des territoires ukrainiens récemment remportés par l’ennemi.
À Belgorod, à 40 kilomètres de la frontière ukrainienne, les bruits d’explosions proches sont devenus monnaie courante. Des propriétaires de magasins pris de panique appellent la police pour signaler des alertes à la bombe imaginaires, signe de la paranoïa qui commence à se répandre. Les habitants expriment leur crainte de ce qui va suivre : certains s’attendant même à voir les soldats ukrainiens franchir une étape qui a été évitée pendant près de sept mois, et entrer en territoire russe.
Un gros boum retentit. “On dirait qu’ils sont là, non ?” demande une femme à un commerçant au marché central de la ville. Son visage est livide.
Le président Vladimir Poutine a essayé de faire en sorte que la plupart des Russes continuent de vivre aussi normalement que possible pendant qu’il mène sa guerre en Ukraine, et que les hostilités demeurent un concept lointain. Mais maintenant que l’armée ukrainienne est passée à l’offensive, les habitants de Belgorod ont l’impression que la guerre est arrivée à leur porte.
“On entend dire beaucoup de choses et les gens ont peur”, déclare Maksim, 21 ans, qui vend des sous-vêtements thermiques, des vestes de camouflage et d’autres articles de sport au marché.
Avant, ses clients étaient des chasseurs et des pêcheurs, mais aujourd’hui ce sont des soldats et leurs proches. Comme la plupart des autres habitants que nous avons interrogés, il a refusé de donner son nom complet par crainte de représailles.
L’ambiance sur le marché, un labyrinthe d’étals couverts de vêtements, d’articles ménagers et d’équipements militaires, est tendue. La ville de Belgorod ne subit pas d’attaques directes mais la défense aérienne russe intercepte des missiles dans les environs. Les explosions se succèdent et des débris sont même retombés sur des maisons du quartier de Komsomolsky.
Lundi, un centre de formation de professeurs, un centre commercial et une gare routière ont été évacués. Leurs responsables ont assuré aux civils inquiet
Valerie Hopkins
Lire l’article original
Guerre en Ukraine. Sous pression en Russie, Poutine est poussé à la surenchère
La une du jour. Vladimir Poutine, le dos au mur et le doigt sur le bouton nucléaire
Guerre en Ukraine. À l’Onu, Macron accuse Poutine d’“impérialisme”
Énergie . L’Allemagne nationalise le géant Uniper, ébranlé par l’arrêt des livraisons de gaz russe
Avec 1 600 journalistes, 35 bureaux à l’étranger, 130 prix Pulitzer et quelque 5 millions d’abonnés au total, The New York Times est de loin le premier quotidien du pays, dans lequel on peut lire “all the news that’s fit to print” (“toute l’information digne d’être publiée”).
C’est le journal de référence des États-Unis, dans la mesure où les télévisions ne considèrent qu’un sujet mérite une couverture nationale que si The New York Times l’a traité. Son édition dominicale (1,1 million d’exemplaires) est distribuée dans l’ensemble du pays – on y trouve notamment The New York Times Book Review, un supplément livres qui fait autorité, et l’inégalé New York Times Magazine. La famille Ochs-Sulzberger, qui, en 1896, a pris le contrôle de ce journal créé en 1851, est toujours à la tête du quotidien de centre gauche.
Quant à l’édition web, qui revendique plus de 3,7 millions d’abonnés en octobre 2019, elle propose tout ce que l’on peut attendre d’un service en ligne, avec en plus des dizaines de rubriques spécifiques. Les archives regroupent des articles parus depuis 1851, consultables en ligne à partir de 1981.
“Obscénité”. L’Afrique du Sud confirme la tenue d’exercices militaires avec la Russie
Chars allemands. Israël, Canada : informations de la nuit
Crise. Les inquiétantes fissures du marché immobilier
Événement. “The Last of Us”, la série apocalyptique qui va vous “rentrer dans la peau”

источник

Категоризировано в: