Alors que la perspective d’un prêt du Fonds monétaire international commence à se dessiner, les doutes persistent sur la capacité – et la volonté – de la classe dirigeante libanaise à impulser les réformes demandées par les partenaires internationaux du pays, tandis que la détresse sociale y grimpe de façon inédite. 
L’annonce d’un accord de principe, le 7 avril dernier, entre le FMI et le Liban, a suscité autant d’espoirs que de craintes parmi la classe dirigeante libanaise. Si l’institution financière s’est, en effet, entendue avec les autorités libanaises pour envisager le déblocage d’un plan d’aide de 3 milliards de dollars– 2,8 milliards d’euros – étalé sur quatre ans, au titre de son “mécanisme élargi de crédit”, une telle perspective demeure lointaine pour le pays du Cèdre, tant les conditions qui lui sont fixées sont nombreuses. 
Le FMI a ainsi soumis son aide à une série de réformes structurelles touchant à la quasi-totalité des secteurs de l’économie libanaise. Au-delà de la restructuration profonde de sa dette, l’État libanais est notamment mis au défi de réformer en profondeur son secteur bancaire, et d’adopter une batterie de mesures en matière monétaire, dont la mise en place d’un taux de change flottant face au dollar.
Au-delà des conséquences sociales d’un tel plan de réformes, les inquiétudes des observateurs étrangers se portent sur la capacité des dirigeants libanais à le mettre en œuvre, d’autant que les élections législatives du 15 mai prochain ouvriront une période indéterminée de vacance gouvernementale. 
troisième plus grave crise à l’échelle mondiale depuis le XIXème siècle
Quel qu’il soit, le futur gouvernement libanais n’aura d’autre choix que d’agir vite et en profondeur pour stopper ce que la Banque mondiale qualifie de “troisième plus grave crise à l’échelle mondiale depuis le XIXème siècle”. Aggravée par la pandémie et l’explosion au port de Beyrouth, en août 2020, la récession connue par le pays se conjugue à une inflation galopante – +130 % en 2021 –, induite par la dépréciation continue de la livre libanaise, estimée à -90 % l’an dernier, par la Banque mondiale. 
La crise frappe de plein fouet le secteur bancaire libanais. Le vice-Premier ministre, Saadé Chami, avait provoqué un tollé le mois dernier en déclarant la Banque du Liban “en état de faillite”. Fin 2021, l’Association des banques du Liban chiffrait à près de 30 milliards de dollars la perte de volume des prêts depuis 2018. La plupart des banques, dont les caisses sont vides, pallient le problème en bloquant de facto les comptes de leurs clients, limitant à la fois les retraits d’espèces, en livre comme en dollar, et les transferts à l’étranger. 
Cette situation rend le quotidien d’une majorité de Libanais de plus en plus difficile. C’est le cas de Yara, jeune libanaise affirmant dans les colonnes de La Croix, le mois dernier, avoir dû payer 6000 dollars en cash pour permettre à son grand-père, après plusieurs refus, d’être admis à l’hôpital pour une intervention chirurgicale. C’est aussi celui du collège Notre-Dame-de-Jamhour de Beyrouth, dont le directeur est contraint par sa banque, pour y accéder, à déposer l’équivalent, en espèces, des quinze milliards de livres qu’il a perçus depuis le début de l’année scolaire. 
De la détresse… à la fuite. 
Les Nations unies estiment qu’à ce jour, plus de 80 % de la population libanaise a basculé en dessous du seuil de pauvreté. L’ONG Care International affirme que plus de la moitié des ménages libanais ne peuvent plus satisfaire leurs besoins alimentaires, comme en matière de santé et d’éducation. Résultat : les associations humanitaires enregistrent une hausse record des demandes de paniers alimentaires, jusqu’à récemment réservés surtout aux réfugiés venus de Syrie et d’Irak. 
Seule une petite élite, composée de membres de la classe politique, d’hommes d’affaires et de travailleurs internationaux, dont les salaires sont versés en espèces et en dollars, demeure épargnée. Pour la classe moyenne supérieure, certains aliments sont presque devenus des produits de luxe, comme la viande, que l’armée a par ailleurs supprimée des repas de soldats. D’autres ont tout bonnement disparu des rayons, n’étant pas produits localement, à l’image de nombreux médicaments, rapporte le chercheur à CERI de Sciences Po, Alex Issa.    
La perspective de l’austérité prolongée n’enchante guère la jeunesse étudiante libanaise, qui déserte en nombre un pays dont l’avenir est trop incertain pour être envisagé sereinement. D’après une étude menée la chercheuse de la Lebanese University, Suzanne Menhem, en mars-avril 2021, les trois-quarts des Libanais âgés de 18 à 29 ans déclarent vouloir quitter le pays. L’an passé, 79 134 citoyens libanais ont quitté leur terre natale, selon le cabinet privé Information International. Il s’agirait ainsi de la vague d’émigration la plus importante depuis 2017.
D’après Suzanne Mehmen, cette saignée migratoire traduit tant le désir d’une vie meilleure que le renoncement, de la part des jeunes libanais, à changer en profondeur un système politique gangrené par la corruption et la mal gouvernance. Sans changement radical de ce point de vue, longtemps exigé par la rue et les partenaires internationaux, dont la France, toute tentative de réforme apparaît veine. 

source

Categorized in: