Rubriques et services du Figaro

Rubriques et services du Figaro
Nos journaux et magazines
Les sites du Groupe Figaro
Malgré les hausses de prix, la croissance a été plus forte que prévu au deuxième trimestre, selon Eurostat.
Au cœur de l’été, l’ensemble du continent européen reste confronté à la hausse des prix. Publiées ce vendredi, les dernières données d’Eurostat soulignent que l’inflation annuelle de la zone euro a atteint un niveau record, en juillet, à 8,9%, en hausse par rapport au mois de juin.
Dans le détail, les hausses de prix sont, sans surprise, particulièrement fortes dans l’énergie, atteignant 39,7% sur un an en juillet. Un niveau certes élevé, mais en légère baisse par rapport au mois précédent. À l’inverse, l’inflation a accéléré, entre juin et juillet, pour les produits alimentaires – 9,8% de hausse, contre 8,9% un mois plus tôt -, les biens industriels – 4,5% contre 4,3% – et les services – 3,7% contre 3,4% -, énumère le service statistique rattaché à la Commission européenne.
À lire aussi«Les gens en sont là» : face à l’inflation, les Français font plus que jamais la chasse aux bonnes affaires
De très fortes disparités sont relevées entre les pays membres de la zone euro. La France fait partie des nations où les hausses des prix sont les moins fortes, parmi les États étudiés, derrière Malte. À l’inverse, les trois pays baltes sont ceux où les factures flambent le plus, avec un taux d’inflation dépassant 20%. En termes de dynamique, là encore, de fortes disparités peuvent être relevées : en juillet, les hausses de prix ont ralenti dans cinq pays, dont la Belgique et l’Italie, alors qu’elles ont accéléré fortement en Lettonie, aux Pays-Bas, à Chypre et en Estonie.
Ce même vendredi, l’Insee rapportait un taux d’inflation particulièrement fort pour l’Hexagone. La hausse de ce mois-ci est engendrée par «une accélération des prix des services en lien avec la période estivale, de l’alimentation et – dans une moindre mesure – des produits manufacturés», précisaient les statisticiens nationaux.
Eurostat est également revenu, vendredi, sur la croissance dans la zone euro et l’Union européenne. À l’instar de ce qu’a noté l’Insee pour la France, au deuxième trimestre, l’activité a bien mieux résisté que prévu : le PIB a progressé de 0,7% par rapport au trimestre précédent, au sein des 19 États partageant la monnaie commune, après 0,5% sur les trois premiers mois de l’année. Et ce, alors que l’inflation, la guerre en Ukraine et la reprise épidémique faisaient craindre, au contraire, un ralentissement économique.
Là encore, les résultats des États font le grand écart : le PIB a reculé en Lettonie et au Portugal, alors qu’il a stagné en Allemagne et peu progressé en Belgique et en République tchèque. À l’inverse, la croissance est solide en Suède, en Espagne et en Italie. La France, de son côté, rapporte 0,5% de croissance, un chiffre égal à celui dévoilé par l’Insee ce même jour. Malgré les vents contraires qui ne cessent de s’accumuler, le Vieux continent fait de la résistance. Reste à voir si l’été touristique, qui s’annonce record, va poursuivre cette bonne dynamique.
À VOIR AUSSI – Comment faire baisser l’inflation ?
clbr
le
Svp donnez à bouffer votre tableau avec les taux d’inflation en Europe à la clique des néo nazis, n’oubliez pas la grande gueule Méluch.
2840619 (profil non modéré)
le
Et pourtant ils nous avaient dit que l’euro nous protégeait, motif pour lequel il ne fallait surtout pas en sortir !
Les retraités/épargnants qui ne voulaient pas entendre parler d’une sortie de l’euro en 2017, ont subit comme nous tous d’ailleurs, une dépréciation de 20% de cette monnaie en moins d’un an. A méditer.
anonyme
le
Merci à l’UE et au gouvernement Français qui ont poussé à des sanctions délirantes et illégales à l’égard de la Russie sous la pression des EU! Sanctions qui vont en premier lieu pénaliser les peuples européens et qui n’ont que comme seuls et uniques résultats le rapprochement de la Russie avec la Chine! Bravo, bien joué!
ANALYSE – Les marchés s’inquiètent plus de la politique budgétaire de Liz Truss que de l’arrivée de Giorgia Meloni au pouvoir.
INFOGRAPHIES Le Figaro revient sur les grands enseignements du Global Wealth Report 2022 sur la richesse des ménages à travers le monde.
Ce principe, adopté mardi par les syndicats et le patronat réunis en commission paritaire, devra être entériné lors d’un conseil d’administration le 6 octobre.
À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.
Zone euro : l’inflation a atteint un niveau record en juillet
Partager via :
97 commentaires
97
Le Figaro
Les articles en illimité à partir de 0,99€ sans engagement

fuente

Categorizado en: