Rubriques et services du Figaro
Le Figaro
Rubriques et services du Figaro
Nos journaux et magazines
Les sites du Groupe Figaro
Un magasin Super U expérimente un système qui supprime les manipulations d’espèces, mais pas les caissières.
Herbignac (Loire-Atlantique)
C’est un boîtier assez discret installé au bout des 18 caisses. Mais il a changé la vie des caissières du Super U d’Herbignac (Loire-Atlantique). Le supermarché est encore le seul en Europe équipé de ce système de gestion automatisé des espèces mis au point par Wincor Nixdorf. Depuis cinq mois, les cinquante caissières ne touchent plus un billet ou une pièce de monnaie. L’automate «Cash Management» s’en charge. Le client glisse ses billets dans une fente et ses pièces dans un godet, la machine fait le reste : elle rend la monnaie et rejette aussi les faux billets. Dans un supermarché comme celui d’Herbignac (27 millions d’euros de chiffre d’affaires), les transactions en espèces s’élèvent jusqu’à 50 000 euros par jour.
Pour les caissières, c’est une révolution. Si les paiements en espèces ne représentent que 19% des encaissements, ils généraient un gros surcroît de travail. Chaque caissière doit préparer son fond de caisse, déposer son tiroir au coffre pendant les pauses, et, surtout, veiller en permanence à ce que sa caisse soit juste.
«Les transactions en espèces représentaient 90% du stress de nos hôtesses de caisses, explique Alain Diserbeau, patron du Super U. J’ai vu des filles avoir peur face à la gestion de l’argent, mais aussi redouter l’agression. Cela entraînait chez elle un comportement de méfiance tout au long de la journée, parfois au détriment de l’accueil du client.» Raison pour laquelle il a choisi d’installer cet équipement pilote qu’il qualifie «d’investissement pour les ressources humaines».
S’il existe des systèmes analogues pour des caisses sans caissière, il n’est pas question ici de se passer d’employées mais plutôt d’améliorer leurs relations avec les clients. Pour Alain Diserbeau, c’est d’abord là l’intérêt. «On a toujours demandé plus aux caissières, reconnaît-il, en leur rajoutant des tâches comme les bons de réduction, les tickets restaurant et bien d’autres. C’est la première fois qu’on leur enlève une tâche, et notre but est bien de gagner en qualité de service.» Ses employées ne s’en plaignent pas. «Nous sommes bien plus tranquilles, souligne l’une d’entre elles. Nous ne risquons plus d’erreur, c’est plus hygiénique et nous pouvons terminer un quart d’heure plus tôt.»
Si le système Cash Mana­gement représente un investis­sement important pour ce supermarché – de l’ordre de 400000 euros –, car il s’agit d’un pilote, il ouvre un vrai marché à Wincor Nixdorf comme le souligne Philippe Dauphin, directeur général France, qui vise la grande distribution française. A eux seuls, les 850 magasins Super U représentent un parc de 11000 caisses. En attendant, les patrons associés du groupement coopératif se succèdent à Herbignac pour étudier de près cette nouvelle façon de faire passer les clients à la caisse.
En décembre, les Français ont déposé 2,69 milliards d’euros sur ces deux produits, selon la Caisse des dépôts.
70% des Français éligibles n’ont toujours pas fait la demande auprès de l’administration fiscale. Le Figaro fait le point sur ce qu’il faut savoir sur cette aide.
ENQUÊTE – Si l’État travaille à «améliorer la qualité des DPE réalisés», le secteur manque toujours d’encadrement.
À tout moment, vous pouvez modifier vos choix via le bouton “paramétrer les cookies” en bas de page.
Quand les caissières
ne rendent plus la monnaie

Partager via :
1 commentaire
1
Le Figaro
Les articles en illimité à partir de 0,99€ sans engagement

fonte

Categorizado em: