L’abbaye Saint-Pierre de Moissac (L’abbaye Saint-Pierre de Moissac se caractérise par l’un des plus beaux ensembles…) se caractérise par l’un des plus beaux ensembles architecturaux français avec ses extraordinaires sculptures romanes. Elle se trouve dans la commune de Moissac, dans le département de Tarn-et-Garonne en région Midi-Pyrénées.
L’abbaye, fondée au VIIe siècle, fut rattachée en 1047 à la puissante abbaye de Cluny (L’abbaye de Cluny (en Bourgogne, département actuel de Saône-et-Loire) est une ancienne…) et devint, dès le XIIe siècle, le plus éminent centre monastique du sud-ouest (Le sud-ouest est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et ouest. Le…) de la France. Si l’abbaye et le cloître (Un cloître ou cloitre (ou anciennement cloistre, ou clouastre) est une cour entourée de…) offrent un exemple remarquable de mélange (Un mélange est une association de deux ou plusieurs substances solides, liquides ou gazeuses…) des styles roman et gothique, c’est le tympan du portail sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) qui constitue le véritable chef-d’œuvre de Moissac.
Exécuté au XIIe siècle, il illustre la vision de saint-Jean de l’Apocalypse en une profusion de détails expressifs, voire hallucinés.
La décoration des arcs et des chapiteaux du cloître est une véritable splendeur.
On y trouve deux musées : art sacré dans la salle capitulaire, arts et traditions populaires dans le Palais abbatial.
Des fouilles ont révélé sous l’abbatiale (L’abbatiale est l’église d’une abbaye ou d’un monastère.) Saint-Pierre le couloir annulaire d’une église (L’église peut être :) préromane avec un graffiti du IVe siècle, et les piliers ronds de la nef (La nef est la partie d’une église allant du portail à la croisée du transept et qui…) primitive. La partie la plus ancienne qui subsiste est le clocher-porche de 1120, fortifié vingt ans après et abritant l’un des plus beaux portails romans qui soient. La partie basse de la nef, en pierre, est également romane, mais la partie haute en briques est du gothique méridional ; les deux travées du chœur, l’abside (L’abside est un volume qui élargit le fond d’un monument, en forme de demi-cylindre surmonté…) à cinq pans et les chapelles sont du XVe. On y voit une Pietà du XVe et une crucifixion du XVIIe.
Les chapiteaux romans du cloître étaient achevés en 1100 sous l’abbé Ansquitil, mais l’ensemble a été repris au XIIIe avec d’autres colonnettes et d’autres arcades en ogive. Salles des moines, palais des abbés et tour s’échelonnent du XIIIe au XVe siècle.
Les origines légendaires de l’abbaye selon une pieuse légende entretenue par les bénédictins moissagais, soucieux du prestige de leur abbaye, celle-ci aurait été fondée par Clovis en personne au lendemain d’une victoire remportée ici sur les Wisigoths, en 506. Le roi franc, ayant fait le vœu d’ériger un monastère (Le monastère (du grec monos, seul), est un ensemble de bâtiments où habite une…) s’il triomphait, lança du haut de la colline son javelot pour marquer l’endroit précis où s’élèverait « l’abbaye aux mille moines », en mémoire (D’une manière générale, la mémoire est le stockage de l’information. C’est aussi le souvenir…) de mille de ses guerriers morts au combat. Or le javelot vint se planter au milieu d’un marais (En géographie, un marais est un type de formation paysagère, au relief peu…), ce qui nécessita des constructions sur pilotis (Les pilotis désignent l’ensemble de pieux traditionnellement en bois enfoncés dans le sol…). Une autre tradition, populaire, veut que Clovis ait agit sous l’impulsion d’une vision lors d’un rêve d’inspiration divine.D’ailleurs – et nous quittons ici la légende -, l’humidité (L’humidité est la présence d’eau ou de vapeur d’eau dans l’air ou dans une substance…) qui règne dans le sous-sol de l’abbatiale Saint Pierre est en partie responsable des graves altérations qui affectent aujourd’hui les bas-reliefs du portail roman.
En réalité, à Moissac on a pu trouver des traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de…) d’occupation romaine, colonnes classiques, pièces de monnaie, tessons et fragments de maçonnerie (La maçonnerie est l’art de bâtir une construction par l’assemblage de matériaux…), mais il peut être considéré comme l’un des nombreux monastères établis dans l’Aquitaine du VIIe siècle avec l’appui de souverains mérovingiens, tel Dagobert, et sous l’impulsion sans doute de l’évêque de Cahors, saint Didier (630-655) appelé aussi Desiderius (ancienne forme de Didier), connu pour ses goûts de l’art et de la vie (La vie est le nom donné :) austère. On peut donc considérer que l’abbaye telle que nous la connaissons remonte au milieu du VIIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui…).Les possessions de l’abbaye s’accrurent amplement par la donation d’un noble, Nizezius, de ses terres, serfs et églises.Le privilège de la protection royale fut renouvelé au début du IXe siècle par Louis le Pieux, alors roi d’Aquitaine, protection remplacée bientôt par celle des comtes de Toulouse.
Mais la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d’un…) de la ville sur la grande voie de passage, routière et fluviale, reliant Bordeaux et Toulouse, la rendait particulièrement vulnérable aux invasions. Ainsi, l’abbaye fut-elle saccagée par les arabes d’al-Andalus, une première fois lorsque ceux-ci assiégèrent Toulouse, une seconde ( Seconde est le féminin de l’adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui…) fois après leur défaite de Poitiers en 732. Un siècle plus tard, de nouveaux pillages furent le fait des pirates normands qui remontaient la Garonne puis, au Xe siècle, des Hongrois.
Reconstruite, elle fut de nouveau endommagée en 1030 par un écroulement du toit (Le toit est la structure couvrant la partie supérieure d’un édifice, permettant…), par l’incedie en 1042 qui attaqua toute le ville, mais aussi par l’attitude laxiste des moines qui l’occupait : un repaire de voleurs.
En 1047, Odilon de Mercœur, de passage, nomme à la tête de l’abbaye Durand de Bredon, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou…) est à refaire, car théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,…) et pratique sont devenues très éloignées l’une de l’autre. Les moines bénédictins, en principe astreints aux travaux manuels et agricoles, se déchargent en fait de leurs corvées sur les frères convers et les serfs. Le plus grave est que, sous la direction de l’abbé Étienne, la discipline s’est considérablement relâchée. Ce personnage ne doit son siège abbatial qu’à la bienveillance de Gaubert, un seigneur local qui avait acheté l’abbaye fort cher. Soucieux de rentrer dans ses frais, il avait chargé son protégé de détourner toutes les richesses du monastère[citation nécessaire]. L’abbé Durand fait construire une nouvelle église, consacrée en 1063 et travaille aussi pour l’ensemble des biens de l’abbaye.

Le choix de Moissac comme étape majeure sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, entraîne une brillante renaissance spirituelle et artistique. Avec le grand abbé d’origine auvergnate dom Durand de Bredons (1048-1072), en même temps évêque de Toulouse, débute l’âge d’or du monastère qui étend ses possessions dans tout le Midi languedocien et jusqu’en Espagne. L’abbaye est gouvernée par de grands abbés : dom Hunaud (1072-1085), qui fut vicomte de Brulhois qui acquiert de nombreuses terres mais se trouva en butte à d’incessantes controverses ecclésiastiques et conflits avec les seigneurs voisins; dom Ansquitil, commence de bien triste façon en étant contesté par un moine qu’il évince, en représailles celui-ci soulève la ville, c’est la pape qui l’assure en sa place; il fait ériger le cloître (1115) et accueille le pape Urbain II venu consacrer le maître-autel de l’église. Et le bienheureux Roger (1115-1131), fit construire une nouvelle église à coupoledans le style de Cahors et Souillac, et c’est surement à lui que l’on doit la tour-porche et le portail avec son célèbre tympan (1135).
Le XIIe siècle est le plus prospère pour l’abbaye, elle contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d’examen, de…) alors des terres, des prieurés jusque dans le Périgord, le Roussillon, la Catalogne. Dans la hiérarchie de Cluny, l’abbé de Moissac vient en second, juste après l’abbé de Cluny. Les moines de Moissac sont plus des bâtisseurs que des copistes ou des théologiens; pourtant l’on peut voir quelques manuscrits qui ont été pour la plus-part emportés à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région…) au XVIIIe par Foucault et se trouvent maintenant à la Bibliothèque Nationale
En 1188, la ville fut ravagée par un incendie, peut après les anglais mettent le siège à la ville qui fini par tomber. Puis vint la Croisade des Albigeois qui ravage les terres abbatiales.
À la fin du XIIIe siècle, les grands abbés bâtisseurs Raymond de Montpezat, puis Bertrand de Montaigu (1260-1293) peuvent relever les ruines, c’est pourquoi l’on peut relever des arcs en briques qui sont typiques de l’époque, mais leur œuvre est anéantie par la guerre de Cent Ans. Les exactions des Grandes Compagnies s’ajoutent à une épidémie de peste (La peste (du latin pestis, maladie contagieuse) est une maladie à multiples facettes qui est…) dans cette ville frontière (Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux…), aux portes de l’Aquitaine anglaise, âprement disputée par les deux camps. À la fin du XVe siècle et au commencement du XVIe, la tourmente passée, Aimery de Roquemaurel (1431-1449), puis Pierre de Carmaing (1449-1483) doivent reconstruire presque entièrement leur abbatiale ruinée ; ils réalisent de grands travaux, en particulier, la partie gothique de l’abbatiale, le haut de nombreux murs, les voûtes.
En 1625, l’abbaye est sécularisée, se qui marque en grande partie son abandon.
Sous la Révolution en 1790, elle est supprimée, vendue à un citoyen patriote, qui l’offre à la ville et le cloitre et l’église en octobre 1793, le mobilier de l’église et ses vitraux, les ornements et les pièces d’orfèvrerie du Trésor, sont saccagés et livrés au pillage au cours d’une émeute.
Une garnison y stationne sous le Premier Empire, se qui ruina les pavements et les sculptures, elle sert aussi de fabrique de salpêtre (Le salpêtre (du latin médiéval salpetrae, littéralement : sel de pierre)…).
Ce à quoi ni les exactions des soldats ni celles des émeutiers n’aboutirent, les ingénieurs du chemin de fer (Le chemin de fer est un système de transport guidé servant au transport de personnes et…) faillirent bien en porter la terrible (Le Terrible était un vaisseau de ligne de 2e rang et de 78 canons, dessiné par François Coulomb,…) responsabilité. Le cloître, qui se situait sur le tracé prévu de la ligne, devait être entièrement démoli. De multiples protestations permirent de le sauver in extremis, d’où la courbe (En géométrie, le mot courbe, ou ligne courbe désigne certains sous-ensembles du…) dessinée ici par le rail (Un rail (ou lisse en québécois) est une barre d’acier profilée. Deux files…), pour l’éviter. Cependant, le grand réfectoire et les cuisines des moines, au nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), furent sacrifiés. L’évènement eut le mérite d’alerter la toute jeune administration des Monuments historiques qui, sous la direction de l’architecte (L’architecte est le professionnel du bâtiment dont la fonction est de concevoir et de diriger…) Viollet-le-Duc, entreprit les premiers travaux de sauvegarde (En informatique, la sauvegarde (backup en anglais) est l’opération qui consiste à…).

источник

Категоризировано в: