(Agence Ecofin) – Depuis 2015, la Côte d’Ivoire est le premier fournisseur mondial de noix de cajou, devant l’Inde. Si ce statut permet à la nation éburnéenne de devenir incontournable dans la fourniture de la matière première, les autorités ont affiché ces dernières années la volonté de s’attaquer au chantier de la transformation. Alors que les défis restent nombreux, la stratégie de l’exécutif pour placer le pays sur la carte des pays transformateurs commence à porter ses fruits. Explications.
3e exportateur mondial de noix de cajou transformées
En Côte d’Ivoire, le secteur de la transformation de la noix de cajou est encore loin de l’envergure des géants asiatiques comme le Vietnam et l’Inde. Mais l’industrie n’en est pas moins déterminée à se frayer une place dans ce paysage concurrentiel.
La performance réalisée par le segment de la transformation sur les premiers mois de cette année confirme bien son dynamisme depuis quelques années. En effet, la nation éburnéenne est devenue le 3ème exportateur mondial d’anacardes prêtes à la consommation entre janvier et avril dernier.
1transformation d anacarde
30 000 tonnes en 2013, 90 000 tonnes aujourd’hui.
Selon les données du service d’information agricole N’Kalo, le volume d’amande de noix de cajou (noix de cajou décortiquée) écoulé sur cette période a atteint 7152 tonnes, soit une hausse de près de 254 % par rapport à l’année dernière. Un nouveau record pour le pays. Avec un tel stock, la Côte d’Ivoire dépasse ainsi le Brésil qui consomme plus de la moitié de son volume. Ces bons résultats de la filière tombent dans un contexte mondial particulièrement favorable.
Contrairement à d’autres produits agricoles, la demande mondiale de noix de cajou n’a pas été ralentie par les perturbations liées au coronavirus. Au contraire. Avec le confinement, la consommation du produit à domicile a explosé en Europe et aux USA. Mieux, l’attrait global des importateurs pour les noix de cajou transformées d’origine africaine a enregistré un net regain sur ces derniers mois.
Avec le confinement, la consommation du produit à domicile a explosé en Europe et aux USA. Mieux, l’attrait global des importateurs pour les noix de cajou transformées d’origine africaine a enregistré un net regain sur ces derniers mois.
En raison du manque de conteneurs en Asie du fait des achats robustes de produits agricoles de la Chine entre autres, les importateurs européens et américains privilégient désormais un approvisionnement de proximité avec le continent. Ceci pour réduire les délais d’acheminement comparativement aux fournisseurs asiatiques traditionnels comme le Vietnam et l’Inde, et respecter leurs contrats de livraison.
2steÌ Cajou
La noix de cajou africaine a le vent en poupe.
« Il y a très peu de conteneurs vides en Asie donc les noix de cajou du Vietnam mettent du temps pour arriver en Europe et aux USA. Les importateurs américains et européens sont encore plus intéressés que d’habitude à s’approvisionner auprès des usines africaines parce qu’il est plus facile aujourd’hui de faire partir un conteneur d’Afrique de l’Ouest vers l’Europe et les USA que depuis le Vietnam », confie à l’Agence Ecofin, Pierre Ricaud, analyste en chef de N’kalo.
Une volonté politique manifeste
Si les indicateurs sont au beau fixe pour l’industrie, c’est d’abord à cause de l’engagement ferme des autorités locales. Avec pour leitmotiv d’accroître la valeur ajoutée locale afin de générer des recettes publiques tout en créant des emplois, le gouvernement a multiplié sur cette dernière décennie, les mesures pour attirer les investissements dans la filière.
« Les importateurs américains et européens sont encore plus intéressés que d’habitude à s’approvisionner auprès des usines africaines parce qu’il est plus facile aujourd’hui de faire partir un conteneur d’Afrique de l’Ouest vers l’Europe et les USA que depuis le Vietnam »,
Jouissant d’un bon environnement économique, les opérateurs bénéficient d’un régime fiscal incitatif. Il s’agit entre autres, d’exonérations de droits de douane et de la TVA sur les achats d’équipements et de pièces de rechange sur 5 ans. Sur la même période, les acteurs profitent d’un octroi de crédit d’impôt pour développer ou moderniser leurs installations existantes.
A ces dispositions s’ajoutent une prime de 400 Fcfa sur chaque kilogramme de noix transformée et l’allocation de 15 % de la récolte totale de noix de cajou à des fins de traitement. Cet arsenal d’incitations a déjà poussé de nombreux acteurs aussi bien locaux qu’internationaux à implanter des unités sur le sol ivoirien contribuant ainsi l’amélioration du stock transformé.
3parakou
Objectif : accroître la valeur ajoutée locale.
D’environ 30 000 tonnes en 2013, le volume de noix de cajou transformé est passé à 41 000 tonnes en 2015 puis à 45 000 tonnes en 2017. Depuis lors, les choses ont beaucoup évolué.
Actuellement, le pays transforme en effet plus de 10 % de la récolte locale avec environ 90 000 tonnes de noix de cajou traitée, d’après N’Kalo. Globalement, les autorités ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin et entendent bien tirer un meilleur profit de l’appétit pour la noix de cajou qui ne fait que croître sur les marchés mondiaux. Le gouvernement compte notamment construire des zones industrielles de transformation qui abriteront plusieurs unités.
La première zone du genre devrait être opérationnelle au plus tard au début de l’année prochaine dans la ville de Bondoukou dans le nord-est du pays et s’étendra sur 15 hectares. A terme, l’exécutif entend également mettre sur pied d’autres infrastructures à Séguéla, Bouaké et Korhogo.
Bientôt dans la cour des grands ?
La Côte d’Ivoire est-elle en train de prendre des galons dans la transformation de la noix de cajou ? Alors que les appels fusent toujours sur la nécessité pour les pays africains de mieux s’intégrer dans les chaînes de valeur mondiales, la progression de l’industrie ivoirienne réjouit en tout cas, les analystes. « C’est un début de virage même s’il y a encore de la marge », indique M. Ricaud.
Même si le pays est encore loin derrière le Vietnam et l’Inde, le responsable indique qu’il compte de plus en plus sur le marché mondial. Ceci notamment avec la diversification de ses débouchés d’exportation. A l’Europe, marché traditionnel des noix de cajou ivoiriennes se sont ajoutées d’autres destinations comme la Chine, le Moyen-Orient (Liban et Turquie) et surtout les USA.
Dans le pays de l’Oncle Sam, les consommateurs raffolent de plus en plus de la noix de cajou ivoirienne qui accompagne les apéritifs ou entre dans l’assortiment de boissons offertes dans les restaurants aux côtés des pistaches et des noisettes.
Dans le pays de l’Oncle Sam, les consommateurs raffolent de plus en plus de la noix de cajou ivoirienne qui accompagne les apéritifs ou entre dans l’assortiment de boissons offertes dans les restaurants aux côtés des pistaches et des noisettes.
Preuve de l’engouement, sur les 4 premiers mois de 2021, les USA ont absorbé 919 tonnes d’amandes de noix de cajou arrivant ainsi à la troisième place derrière le Vietnam et la Belgique.
D’après les observateurs, un développement de l’industrie ivoirienne et plus largement africaine pourrait permettre au continent de bousculer le triangle du commerce dans l’industrie. Ce circuit voit les noix africaines être importées sous formes brutes par le Vietnam et l’Inde qui les préparent dans leurs usines avant de les réexporter vers l’Europe et l’Amérique du Nord où elles sont torréfiées, salées et emballées.
« En 2018, par exemple, le prix à l’exportation des noix de cajou de l’Inde vers l’Union européenne (UE) était environ 3,5 fois plus élevé que celui payé aux producteurs ivoiriens de noix de cajou, une différence de prix de 250 %. Et après une deuxième étape de transformation dans l’UE, le prix des noix de cajou était environ 2,5 fois plus élevé que lorsqu’elles étaient exportées d’Inde soit environ 8,5 fois plus qu’à la sortie de la ferme en Côte d’Ivoire », indique la CNUCED.
Actuellement moins de 15 % de la récolte africaine de noix est transformée alors que le continent fournit plus de la moitié de l’offre mondiale avec 2 millions de tonnes de noix. En attendant un renouveau continental, l’industrie ivoirienne continue d’avancer. La prochaine marche sera haute : égaler voire dépasser le Brésil qui transforme chaque année 130 000 tonnes de noix de cajou. Un objectif ambitieux que le pays a les moyens d’atteindre d’ici la fin de cette année, selon les observateurs.
Espoir Olodo
Espoir Olodo

Kouakou Kouakou Armel, étudiant ivoirien devenu éleveur et concepteur de matériel d’élevage


Financement de l’agriculture dans l’espace UEMOA
Financement de l’agriculture dans l’espace UEMOA
Les pays africains avec les salaires mensuels nets moyens les plus élevés en 2022 (CEO World Magazine)
Les pays africains avec les salaires mensuels nets moyens les plus élevés en 2022 (CEO World Magazine)
Statistiques des aéroports africains (2021)
Statistiques des aéroports africains (2021)
Production africaine de bière en 2021
Production africaine de bière en 2021
Top 5 des pays africains disposant de réserves de gaz prouvées
Top 5 des pays africains disposant de réserves de gaz prouvées
Anacarde : les industriels ivoiriens sollicitent un renouvellement de l’appui de l’exécutif en 2023
Maroc : l’OCP signe un accord pour fournir 1,75 million de tonnes d’engrais à l’Inde en 2023
Algérie : les importations de blé français en hausse de 30 % sur les 6 premiers mois de la campagne 2022/2023
Zimbabwe : le gouvernement veut débloquer 275 millions $ pour augmenter la capacité de stockage de grains d’ici 2026
Cameroun : environ 4 500 hectares de champs de sorgho ravagés par la chenille légionnaire dans l’Extrême-Nord
Côte d’Ivoire : Koudijs lance son usine de production d’aliments pour volaille au nord-ouest d’Abidjan
La directrice FMI en visite au Rwanda et en Zambie pour discuter des réformes et des perspectives économiques
Kenya : les transferts de la diaspora ont atteint un montant record de 4,027 milliards $ en 2022
Inflation : selon la BAD, les politiques monétaires doivent être soutenues par des politiques fiscales et structurelles
Le Togo affiche le meilleur taux d’inclusion dans l’espace UEMOA
Bernabé Côte d’Ivoire célèbre ses 70 ans, tournée vers l’avenir
L’Afrique a été le seul continent au monde au sein duquel les transactions des fintechs ont progressé en 2022 (rapport)
Le groupe BGFIBank et Afriland First Group SA signent un accord de coopération interbancaire
Tunisie : Attijari Bank, la deuxième banque privée du pays déclare une hausse de 9,99 % de son produit net bancaire à fin 2022
Afrique du Sud : Cape Town produira 2 MW grâce au gaz provenant de la combustion des déchets urbains
Afrique du Sud : SAB va utiliser du fumier de vache pour son approvisionnement en électricité
Gabon : la construction des centrales hydroélectriques FE2 et Impératrice Eugénie va nécessiter 453 millions $
Digital Energy Challenge 2022 : l’AFD lance un appel à projets pour améliorer l’accès à l’électricité en Afrique
Ghana : Tullow confirme l’exercice de son droit de préemption relatif à la cession d’Occidental
Algérie : Eni découvre du pétrole et du gaz sur le bloc Zemlet el Arbi
SDX signale une perte de 24 millions $ en 2021 à cause de projets ratés en Egypte et au Maroc
Top 5 des infos qu’il ne fallait pas rater cette semaine dans le secteur pétrolier africain
Vedanta va céder une partie de son portefeuille de zinc en Afrique à l’indien Hindustan Zinc pour près de 3 milliards $
Le russe Nornickel mise sur le Maroc et d’autres pays arabes pour contourner les sanctions occidentales
Burkina Faso : la production d’or du canadien Endeavour Mining a baissé de 18 % en 2022
Gabon : l’exploration du gisement de fer de Baniaka à 20% de réalisation
La Fondation Orange renouvelle son soutien aux festivals de musique et lance son appel à projets pour l’année 2023
Lancement officiel du programme de formation de 200 jeunes de la ville de Pointe-Noire aux métiers du numérique
Les abonnements mobiles actifs au Nigeria ont augmenté d’environ 14 % pour atteindre 222 millions en 2022
La Banque mondiale débloque 50 millions $ pour le projet de transformation numérique de la Sierra Leone
Kenya : l’État annonce un plan de redressement définitif pour Kenya Airways d’ici fin 2023
Egypte : les soumissions d’offres techniques et financières pour le projet de port sec de 10 Ramadan ouvertes dès le 30 avril
Madagascar a levé l’interdiction des vols à destination/en provenance d’Afrique du Sud
Transport urbain : comment le VTC et les plateformes digitales ont changé la mobilité urbaine dans la plus grande ville de Côte d’Ivoire
La Nigériane Aisha Raheem-Bolarinwa aide les exploitants agricoles à optimiser leur production grâce à des données clés
Avec Educatly, 3 jeunes entrepreneurs vulgarisent les opportunités d’études à l’étranger
Ghana : Cowtribe commercialise les vaccins pour animaux via la téléphonie mobile
Au Kenya, Benjamin Njenga finance et optimise les petites exploitations agricoles avec Apollo Agriculture
Financement de l’agriculture dans l’espace UEMOA
Les pays africains avec les salaires mensuels nets moyens les plus élevés en 2022 (CEO World Magazine)
Statistiques des aéroports africains (2021)
Production africaine de bière en 2021
Congo : vers l’ouverture d’un institut sur les études maritimes et d’un centre de formation en statistique
Au Nigeria, l’Etat de Cross River investit 25 millions $ pour construire un institut de formation des enseignants
L’African Wildlife Foundation et le PNUE lancent 2 parcours de formation sur la conservation en Afrique
Niger : l’exécutif lance une école pour combler le déficit d’enseignants dans les matières scientifiques
Egypte : les autorités veulent obliger les réseaux sociaux à demander des licences pour mieux les réguler
Cameroun : le corps sans vie du journaliste Martinez Zogo retrouvé dans une banlieue de Yaoundé
TikTok applique l’étiquetage des médias d’État à de nouveaux pays, mais pas en Afrique pour le moment
Le gouvernement camerounais et les associations de protection des journalistes préoccupés par la disparition de Martinez Zogo
Anacarde : les industriels ivoiriens sollicitent un renouvellement de l’appui de l’exécutif en 2023
Maroc : l’OCP signe un accord pour fournir 1,75 million de tonnes d’engrais à l’Inde en 2023
Algérie : les importations de blé français en hausse de 30 % sur les 6 premiers mois de la campagne 2022/2023
Zimbabwe : le gouvernement veut débloquer 275 millions $ pour augmenter la capacité de stockage de grains d’ici 2026
Cameroun : environ 4 500 hectares de champs de sorgho ravagés par la chenille légionnaire dans l’Extrême-Nord

Kouakou Kouakou Armel, étudiant ivoirien devenu éleveur et concepteur de matériel d’élevage


Financement de l’agriculture dans l’espace UEMOA
Financement de l’agriculture dans l’espace UEMOA
Les pays africains avec les salaires mensuels nets moyens les plus élevés en 2022 (CEO World Magazine)
Les pays africains avec les salaires mensuels nets moyens les plus élevés en 2022 (CEO World Magazine)
Statistiques des aéroports africains (2021)
Statistiques des aéroports africains (2021)
Production africaine de bière en 2021
Production africaine de bière en 2021
Top 5 des pays africains disposant de réserves de gaz prouvées
Top 5 des pays africains disposant de réserves de gaz prouvées
Centre international de conférences Abdou Diouf (CICAD), Diamniadio, Sénégal – Feed Africa : Food Sovereignty and Resilience
Le Méridien Etoile à Paris et en ligne sur la plateforme Argus 
Safari Park Hotel; Nairobi, Kenya
Kigali Convention Centre, Rwanda  – “Shared value for sustainability in the African coffee industry
JW Marriott Marquis, Dubaï
Porte de Versailles, Paris, France – “L’agriculture : le vivant au quotidien !”
Heden Golf Hôtel, Abidjan, Côte d’Ivoire : Contribution de l’industrie du cajou à la résilience des économies africaines face aux défis économiques mondiaux
Meknès, Maroc
Abidjan/Côte d’Ivoire
Lusaka, Zambie – “Resilient value chains in the blue economy
Pathé Dione : le prof de maths qui a inventé Sunu Assurance
Le match Cameroun-Côte d’Ivoire : la réalité des chiffres en 30 indicateurs
UEMOA : Face à Moody’s, S&P et Fitch, la notation financière régionale en monnaie locale.
Franck-Alcide Kakou : « Dans une industrie où tout va très vite, les musiciens doivent prendre le temps de travailler sur leur musique »
Ulrich Adjovi : « En 5 ans, on peut réduire l’écart d’exposition entre les musiciens d’Afrique anglophone et ceux de l’espace francophone »
Muriel Edjo : « Oui, la technologie de l’Internet des Objets est déjà appliquée en Afrique » (entretien)
Kahi Lumumba : « Il faut stopper la course aux followers pour se concentrer sur l’engagement »
Christian Yoka : « Quand l’AFD vient dans une localité en Afrique, on ne nous accueille pas avec des machettes »
Côte d’Ivoire : le volume transformé de noix de cajou a progressé de près de 60 % à 218 000 tonnes en 2022
Production laitière : le Cameroun réceptionne un 2ème lot de 165 vaches Montbéliardes de la coopérative française Coopex
Le sucre et le cacao ont tiré leur épingle du jeu sur le marché des matières premières agricoles en 2022
Sénégal : le FIDA octroie 2,3 millions $ pour soutenir l’aviculture familiale
Sénégal : les importations de maïs ont atteint en 2021 leur plus haut niveau depuis 4 ans
L’Agence Ecofin couvre au quotidien l’actualité de 9 secteurs africains : gestion publique, finance, télécoms, agro, électricité, mines, hydrocarbures, communication et formation. Elle conçoit et gère également des médias spécialisés, web et papier, pour des institutions ou des éditeurs africains.

 
L’agence Ecofin est une agence d’informations économiques sectorielles, créée en décembre 2010. Sa plateforme web a été lancée en juin 2011.

источник

Категоризировано в: