https://arab.news/rsmzq
ANKARA: Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré vendredi que la Turquie n’était pas pressée de mettre en place une nouvelle opération militaire contre les militants kurdes armés.
Cependant, les acteurs régionaux ont exprimé leurs inquiétudes quant à une éventuelle offensive turque contre les villes de Tal Rifaat et Manbij.
«Inutile de se presser. Nous n’avons pas besoin de faire cela», a déclaré Erdogan aux journalistes à Madrid, où il a rencontré le président américain Joe Biden en marge du sommet de l’OTAN. Erdogan n’a proposé aucun délai pour l’opération prévue.
L’enjeu est de taille. Les experts estiment que la Turquie n’a toujours pas le soutien de la Russie pour une intervention militaire contre les Unités de protection du peuple (YPG) kurdes de Syrie, qu’Ankara considère comme un groupe terroriste ayant des liens directs avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
Oytun Orhan, coordinateur des études sur la Syrie au sein du think tank ORSAM à Ankara, a déclaré que le refus de la Russie de soutenir l’opération reste son principal obstacle.
«Ankara a décidé de lancer une offensive militaire sur la Syrie alors que l’attention du monde est concentrée sur la guerre en Ukraine – et après le retrait de milliers de soldats russes d’Ukraine. Cependant, la Russie ne peut pas risquer de paraître faible à la fois en Ukraine et en Syrie en donnant le feu vert à une opération turque à ce stade», a-t-il déclaré à Arab News.
Orhan a noté que la Turquie avait uniquement frappé des cibles le long de la frontière turco-syrienne en représailles aux attaques des YPG.
«Je ne m’attends pas à une opération de plus grande envergure dans laquelle l’armée nationale syrienne servirait de force terrestre et les militaires turcs apporteraient un soutien aérien», a-t-il ajouté.
Ankara a déjà mené trois opérations militaires dans la région: Bouclier de l’Euphrate en 2016, Rameau d’olivier en 2018 et Source de paix en 2019.
Les effectifs de la Russie et du régime syrien ont augmenté dans le nord de la Syrie depuis le début du mois de juin en prévision d’une éventuelle opération turque.
L’Iran s’est également montré ferme dans son opposition à toute opération militaire turque dans la région.
Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saaed Khatibzadeh, a récemment déclaré: «Le dossier syrien est une question de différend entre nous et la Turquie.»
Samedi, le ministre iranien des Affaires étrangères a effectué une visite à Damas à la suite des menaces de la Turquie de lancer la nouvelle offensive.
«D’un point de vue idéologique et stratégique, l’Iran accorde de l’importance à la protection des zones chiites – notamment les deux villes chiites de Nubl et Al-Zahra. Il y a également des milices chiites qui combattent aux côtés des YPG à Tal Rifaat», a déclaré Orhan.
«Toutefois, à ce stade, la position de la Russie est beaucoup plus importante pour la Turquie que les préoccupations de l’Iran, car la Russie contrôle l’espace aérien dans le nord de la Syrie et elle devrait retirer les forces russes avant d’approuver toute opération turque», a-t-il ajouté.
Certains experts ont suggéré que la Turquie avait utilisé son opération potentielle en Syrie comme monnaie d’échange lors de ses récentes négociations avec Washington. Au cours de leur rencontre du 29 juin, Erdogan et Biden ont discuté de l’importance de maintenir la stabilité en Syrie, selon le compte rendu de la Maison Blanche.
Les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis et principalement dirigées par les YPG, tiennent toujours de vastes zones du nord-est de la Syrie. Les Kurdes syriens sont considérés par Washington comme un allié important contre Daech.
Par ailleurs, bien que l’administration Biden ait déclaré à plusieurs reprises qu’elle reconnaissait les préoccupations de la Turquie en matière de sécurité, elle a également averti que toute opération turque dans le nord de la Syrie pourrait mettre les troupes américaines en danger et compromettre la lutte contre Daech.
Hamidreza Azizi, chercheur du Centre d’études appliquées sur la Turquie à l’Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité, estime que l’opération turque est inévitable, compte tenu du cours des événements.
«Elle se déroulera tôt ou tard. Parce que les dirigeants turcs ont manœuvré sur ce qu’ils considèrent comme des menaces auxquelles la Turquie est confrontée depuis le nord de la Syrie, nous devons nous attendre à une sorte d’opération militaire», a-t-il déclaré à Arab News.
«Mais la portée de l’opération a fait l’objet de spéculations car au début, les responsables turcs parlaient d’une vaste zone allant de Tal Rifaat et Manbij à l’est de l’Euphrate, mais ils se sont ravisés après l’opposition américaine à l’expansion de l’opération à l’est de l’Euphrate», a indiqué Azizi.
M. Azizi s’attend à ce qu’une opération limitée ait lieu, dont l’objectif principal serait d’étendre la zone d’influence de la Turquie dans la région.
Le plan initial de la Turquie était d’établir une zone de sécurité de 30 kilomètres de profondeur le long de sa frontière sud, à la fois pour repousser les YPG et pour rapatrier environ un million de réfugiés syriens dans une zone de sécurité plus large.
Le président Erdogan a récemment annoncé un plan de reconstruction pour permettre aux Syriens de retourner dans leur patrie.
Azizi estime que «le principal point de friction» concernant cette opération potentielle serait entre l’Iran et la Turquie.
«L’Iran est inquiet car si la Turquie – ou les troupes soutenues par la Turquie – contrôlent Tal Rifaat, ils auront accès à Alep, où l’Iran est présent, ce qui leur donnera un accès supplémentaire au centre de la Syrie.»
L’Iran reste un allié clé du président syrien Bachar Assad, mais aussi un partenaire commercial important pour la Turquie.
À moins que la Turquie ne soit en mesure de présenter un nouveau plan permettant d’atténuer les préoccupations de l’Iran, Azizi s’attend à une réponse du côté iranien – bien qu’indirecte via des forces mandataires.
«Une telle réaction pourrait pousser la Turquie à renforcer davantage ses liens avec les États arabes et à coopérer davantage avec Israël», a-t-il déclaré.
https://arab.news/5zjta
ERBIL, Kurdistan irakien: La photo d’une fillette kurde ensanglantée, dont l’école dans le nord du Kurdistan irakien a été attaquée mercredi par des drones et des missiles iraniens, a donné un visage humain au coût croissant de l’assaut aveugle de Téhéran contre la région semi-autonome.
Des clips postés par des journalistes ont montré des écoliers kurdes terrifiés, escortés en lieu sûr et se réfugiant sur des collines près de la ville de Koya, ce que les analystes ont décrit comme un acte d’agression intolérable visant à détourner l’attention internationale des manifestations en cours dans la République islamique.
Les vidéos tournées sur des téléphones portables partagées avec les chaînes d’information locales montrent des enfants de l’école primaire hurlant en réaction à des explosions proches, tandis que des parents et des enseignants paniqués tentent de les éloigner.
Ce mercredi, le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de l’Iran a lancé plusieurs missiles balistiques Fateh 360, un nouveau missile que l’Iran a testé pour la première fois en septembre, et des drones suicide Shahed 136, les mêmes que ceux récemment déployés par la Russie dans la guerre ukrainienne, sur des cibles dans la région du Kurdistan de l’Irak voisin.
Les cibles présumées étaient les sièges des groupes dissidents kurdes iraniens. Au moins 14 personnes auraient été tuées et 58 blessées, dont des femmes et des enfants.
Les groupes dissidents kurdes visés par ces frappes sont le Parti démocratique du Kurdistan d’Iran (PDKI), le Parti de la liberté du Kurdistan et Komala. Selon les informations locales, l’école primaire Rozhhalat de Koya, située à proximité de la base principale du PDKI dans la région du Kurdistan irakien, a également été touchée dans ce que les experts considèrent comme une attaque délibérée.
«Il semble que l’Iran ait agi sur la base de renseignements géospatiaux pour les frappes, mais il reste à savoir à quel point ces renseignements étaient précis», a déclaré à Arab News Ceng Sagnic, responsable de l’analyse chez TAM-C Solutions, une société multinationale de conseil et de renseignements géopolitiques.
«Il est assez improbable que les lieux ciblés aient été choisis au hasard pour les frappes, car elles se sont produites dans des zones où l’activité du PDKI est élevée, ce qui peut suggérer qu’une école a été choisie à dessein.»
«Téhéran avait déjà pris pour cible des zones peuplées de civils dans la région du Kurdistan irakien, dans le but de faire pression à la fois sur la population locale et sur le GRK (gouvernement régional du Kurdistan) contre les groupes dissidents kurdes iraniens», a-t-il signalé.
Osamah Golpy, un journaliste kurde qui se trouvait à Koya mercredi, a affirmé que la plupart des attaques précédentes menées par l’Iran contre des bases dissidentes au Kurdistan irakien avaient «presque toujours lieu la nuit».
«Cette fois, l’Iran a choisi d’attaquer en plein jour car il voulait une couverture médiatique, comme pour envoyer un message», a-t-il déclaré à Arab News. «L’Iran voulait montrer qu’il peut mener des attaques contre les Peshmerga (les forces armées du GRK) et les civils pour terroriser les groupes dissidents (kurdes iraniens) et envoyer un message à la région du Kurdistan irakien, notamment à la population.»
Ces attaques ont coïncidé avec les manifestations anti-régime qui ont eu lieu dans tout l’Iran après la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, détenue par la police des mœurs iranienne au motif qu’elle ne portait pas correctement le hijab obligatoire.
Les frappes iraniennes sur la région du Kurdistan irakien ont été diffusées en direct par la télévision iranienne tout au long de la journée. Golpy pense qu’il s’agissait d’un geste intentionnel de la part de Téhéran afin de «fixer l’ordre du jour».
«Il y a moins de couverture des manifestations et plus de couverture des attaques iraniennes à l’intérieur du Kurdistan irakien», a-t-il souligné. «D’après ce que je comprends, c’était intentionnel et cela a été programmé pour envoyer ces messages à diverses parties prenantes, notamment la région du Kurdistan et les groupes dissidents kurdes iraniens.»
Sagnic, de TAM-C Solutions, soupçonne également que les attaques du CGRI sont destinées à détourner l’attention des manifestations nationales en cours. «Les frappes transfrontalières généralisées de l’Iran qui coïncident avec le plus grand mouvement de protestation contre le régime ne semblent pas être une simple coïncidence», a-t-il expliqué.
«L’Iran a particulièrement utilisé les attaques transfrontalières au Kurdistan irakien comme outil de diversion pour l’opinion publique en période de crise, la plupart de ces attaques étant présentées comme des représailles contre les États-Unis et Israël.»
Sagnic estime qu’une «campagne similaire mais élargie» est probablement à l’origine des dernières frappes, ce qui, ajoute-t-il, est «mis en évidence par une tentative ratée de viser des installations militaires américaines à Erbil (la capitale kurde irakienne)».
«À mon avis, l’Iran a peut-être tenté de modifier le cours du débat public au niveau national en désignant un “ennemi” extérieur qui serait soutenu par l’Occident. Les affirmations de Téhéran selon lesquelles l’agitation publique actuelle est alimentée par les États-Unis viennent compléter cette théorie», a-t-il ajouté.
Sagnic ne pense pas que l’Iran ait lancé l’assaut transfrontalier à titre préventif de manière à dissuader ou empêcher les groupes kurdes iraniens d’intervenir activement dans la région occidentale à majorité kurde de l’Iran.
«Je crois que les attaques à Koya ont davantage à voir avec l’image que l’Iran veut donner de l’ennemi étranger présumé et de l’implication des dissidents qu’avec la prévention d’une nouvelle intervention des groupes kurdes stationnés au Kurdistan irakien», a-t-il déclaré.
Bien que Sagnic ne pense pas que les attaques de mercredi soient sans précédent, il estime que le moment choisi est «plutôt intéressant» et suggère que cela pourrait «montrer un certain niveau de panique au sein de l’establishment du régime».
«En effet, il reste une forte probabilité que l’Iran tente de faire avancer la politique liant les troubles actuels à des acteurs extraterritoriaux, et de mener des attaques transfrontalières continues pour conditionner l’opinion publique. Donc plus d’attaques dans la région du Kurdistan, en particulier à Erbil où se trouve la présence militaire et diplomatique occidentale à grande échelle la plus proche de l’Iran.»
Le journaliste kurde Golpy partage cet avis, affirmant que le moment choisi pour attaquer un pays voisin semble être plus qu’une simple coïncidence alors que des manifestations de masse ont lieu à l’intérieur des frontières iraniennes.
«Presque à chaque fois qu’il y a des protestations, le régime tente de contenir et de traiter d’une manière ou d’une autre les problèmes à l’intérieur du pays», a affirmé Golpy. «Bien sûr, ils ont toujours accusé les acteurs extérieurs tels qu’Israël et les États-Unis, mais ils ne prennent jamais de mesures contre les prétendus acteurs extérieurs.
«Mais cette fois, je pense que pour la première fois, Téhéran a essayé d’aborder la question en dehors de ses frontières en attaquant ces groupes dissidents kurdes, ce qui, selon moi, est un signe de faiblesse.»
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/4kfcf
LE CAIRE: Le Cheikh Ahmed al-Tayyeb, grand imam d’Al-Azhar al-Charif en Égypte, participera du 3 au 4 novembre, aux côtés du pape François, au Forum de dialogue de Bahreïn: Orient et Occident pour la coexistence humaine.
Le Cheikh Ahmed, le plus haut dignitaire religieux d’Al-Azhar et président du Conseil musulman des sages, se rendra à Bahreïn le 3 novembre à l’invitation du roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa.
Plus de 200 personnalités religieuses du monde entier, représentant toutes les religions et les sectes, participeront au forum.
Le Cheikh Ahmed et le pape se sont rencontrés pour la dernière fois au Kazakhstan au début du mois, où ils ont participé au 7e Congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles.
En avril 2016, Cheikh Ahmed a reçu le roi Hamad à Al-Azhar, où le roi a remercié le plus haut siège du savoir d’Égypte pour son soutien à l’unité et à la stabilité de Bahreïn.
Lors de sa rencontre avec le roi Hamad, Cheikh Ahmed a déclaré que Bahreïn était et restera un creuset de cultures et d’idées.
À l’invitation du roi Hamad, le pape François se rendra en novembre à Bahreïn, qui abrite la plus grande église catholique de la péninsule arabique.
Selon le site d’information Vatican News, le pape François, âgé de 85 ans, sera le premier pape à se rendre dans ce pays à majorité musulmane du golfe.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
https://arab.news/gajq2
LONDRES: Arab News a lancé un nouveau dossier, «Une tasse de Gahwa (café): le goût et les traditions du café saoudien», célébrant l’année du café saoudien avant la Journée internationale du café ce samedi.
Le long métrage interactif plonge dans la culture et l’héritage du café saoudien en explorant la patrie de l’or vert de Jazan – le café Khawlani.
«Alors qu’Arab News célèbre l’Année du café saoudien, nous avons le plaisir de nous associer à Jabaliyah, une entreprise saoudienne spécialisée dans le café. Soutenant toujours les entreprises locales talentueuses, Jabaliyah a produit un délicieux café saoudien onctueux, avec lequel nous sommes fiers de nous associer», a déclaré Noor Nugali, rédactrice en chef adjointe d’Arab News.
Son équipe s’est rendue au siège de l’entreprise à Jazan pour s’entretenir avec le cofondateur de Jabaliyah et apprendre comment le café Khawlani passe de l’arbre à l’infusion.
«Arab News a toujours été un soutien crucial de l’innovation locale authentique et des startups locales. À Jabaliyah, nous avons eu le privilège de bénéficier de leur soutien dès les premiers jours de notre lancement, il y a trois ans, et ils continuent de célébrer notre effort en tant que véritable entreprise de contenu local», a affirmé Ali al-Cheneamer, cofondateur de Jabaliyah.
Depuis des siècles, le café joue un rôle central dans la vie sociale des Saoudiens. Il n’est rien de moins qu’un symbole national d’identité, d’hospitalité et de générosité, et le centre de rassemblements formels et informels, depuis les tentes des anciens bédouins dans les déserts du Najd jusqu’aux nouveaux cafés élégants des villes du Royaume.
Mais ce que certains n’apprécient peut-être pas, même si l’année 2022 est célébrée dans le Royaume comme l’année du café saoudien, c’est qu’en ce qui concerne la boisson la plus populaire de la planète, le monde entier a une dette de gratitude envers l’Arabie saoudite – le café Khawlani.
Aujourd’hui, le café est plus étroitement associé à des pays comme le Brésil et la Colombie.
Mais le potentiel du caféier, qui ne pousse à l’état sauvage qu’en Éthiopie, a été reconnu et développé pour la première fois par les Arabes, dès le XIVe siècle.
Comme l’écrit William Ukers, rédacteur en chef du Tea and Coffee Trade Journal de New York, dans «All About Coffee», son étude exhaustive de 1922: «Il faut reconnaître aux Arabes le mérite de la découverte et de la promotion de l’utilisation du café, ainsi que de la promotion de la propagation de la plante, même s’ils l’ont trouvée en Abyssinie (Éthiopie).»
Il y a des centaines d’années, découvrant que la plante Coffea arabica prospérait dans le climat des montagnes luxuriantes des terres qui deviendront l’Arabie saoudite, ils lui ont fait traverser la mer Rouge jusqu’à la péninsule arabique.
Là-bas, ils l’ont cultivé avec succès sur des terres taillées dans les flancs des montagnes Sarawat, perfectionnant l’art de la torréfaction et de l’infusion des graines de son fruit pour en faire la boisson que le monde connaîtra et aimera.
Ce n’est pas pour rien que le grain de café Khawlani est connu en Arabie saoudite comme «l’or vert de Jazan».
Le café, ainsi que les connaissances et les pratiques liées à sa culture, occupe une place si centrale dans le patrimoine et les rituels sociaux traditionnels de l’Arabie saoudite, qu’il est désormais envisagé de l’inscrire sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.
Selon le document soumis à l’Unesco par le ministère de la Culture, le grain de café Khawlani doit son nom à Khawlan ben Amir, ancêtre commun des tribus de caféiculteurs qui vivent dans les montagnes de la province de Jazan.
«Pendant la saison des récoltes», indique le document, «les agriculteurs rompent la monotonie du travail en chantant des versets de poèmes. Une personne chante et le groupe répète après elle pour créer un rythme harmonique pendant la cueillette des grains de café.
«Les hommes comme les femmes torréfient puis moulent les grains utilisés pour préparer le café.»
De manière importante, les compétences sont transmises de génération en génération: «Les familles encouragent les jeunes à travailler sur les terres, en commençant par des tâches mineures, jusqu’à ce qu’ils développent les compétences et le savoir-faire nécessaires à la culture des caféiers et à la transformation des grains de café.»
Le café, ajoute le document de l’Unesco, «est un symbole de générosité en Arabie saoudite», et les tribus de Khawlani l’incarnent «par leur dévouement et leur passion pour cette pratique».
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

источник

Категоризировано в: